Vendredi, 19 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Plan santé. Une rallonge de 400 millions d’euros dès 2019

Plan santé. Une rallonge de 400 millions d’euros dès 2019

18 Septembre 2018

Urgences "engorgées", psychiatrie "en crise", étudiants en médecine "qui souffrent": après les diagnostics alarmants posés ces derniers mois, l'exécutif dispense enfin son remède pour remettre sur pied le système de santé.

Ce nouveau plan santé sera composé de 54 mesures qui toucheront aussi bien les hôpitaux que la médecine libérale. "On va labelliser entre 500 et 600 hôpitaux de proximité qui auront vraiment des missions dédiées à la proximité", a expliqué Mme Buzyn sur RMC/BFMTV, citant la "médecine polyvalente, la médecine générale, la gériatrie, les soins de suite". "En cumulé d'ici la fin du quinquennat, ce sont 1,6 milliard d'euros qui sont " garantis " pour " accompagner la réforme ", a affirmé une source proche du dossier.

"La création de postes d'" assistants médicaux ", à mi-chemin entre la secrétaire et l'infirmière, doit permettre aux médecins libéraux de se concentrer sur leur métier. Travail en équipe. Cette rallonge budgétaire financera un train de mesures censées favoriser la qualité des soins et le travail en équipe des professionnels de santé. De plus, ces médecins formés dans les prochaines années seront en exercice dans plusieurs années, "à une période où le nombre de médecins aura considérablement augmenté". En contrepartie, les praticiens devront s'organiser, à l'échelle d'un territoire, pour accepter de nouveaux patients et assurer des consultations sans rendez-vous en journée.

Thomas Tuchel : "J'étais surpris que le PSG me contacte"
Jurgen Klöpp a apprécié le match de Liverpool à Tottenham, sans doute "le meilleur depuis le début de saison". Bien que lui aussi suspendu, Gianluigi Buffon fait partie des joueurs qui voyagent avec Tuchel.

Du côté des hôpitaux, l'accent sera mis sur la qualité des soins, avec une enveloppe multipliée par cinq dès l'an prochain, à 300 millions d'euros.

Les blocs chirurgicaux et les maternités seront regroupés dans les plus gros établissements pour leur assurer une activité plus importante, gage de sécurité pour les patients. "La très décriée " tarification à l'activité " (T2A), qui pousse à réaliser des actes " inutiles ", sera remplacée par des " parcours " standardisés, en commençant par certaines maladies chroniques comme le diabète et l'insuffisance rénale chronique.

Le numerus clausus, qui limite le nombre d'étudiants admis en deuxième année d'études de médecine, sages-femmes, dentaires ou de pharmacie, sera supprimé à la rentrée 2020 dans le cadre du plan santé présenté mardi par Emmanuel Macron. Cette meilleure " pertinence " des soins sera aussi mesurée par une batterie d'indicateurs, y compris la satisfaction des patients, qui pourraient être rendus publics. Le président de la République a confirmé la fin du très controversé système de sélection propre aux études médicales, précisant toutefois que les effets de cette abrogation aura un impact dans "dix à quinze ans". "Nous avons aussi besoin de profils numériques, humanistes, que l'actuelle sélection ne favorise pas", poursuit-elle, ajoutant qu' " il s'agit d'en finir avec la souffrance des étudiants en première année ".

Plan santé. Une rallonge de 400 millions d’euros dès 2019