Jeudi, 20 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Capitale de la douleur — Première année

Capitale de la douleur — Première année

14 Septembre 2018

Un sujet ô combien d'actualité puisqu'on sait que cette fameuse PACES (première année commune aux études de santé) est en première ligne des réformes prévues par le gouvernement.

"Trois heures pour répondre à 72 questions avec 5 réponses au choix, ça fait environ 2 minutes par question; donc à ce rythme-là c'est impossible de réfléchir, soit on répond par réflexe reptilien, soit au hasard".

Par conformisme familial, Benjamin entre en première année de médecine où il est vite pris sous laile dAntoine, un sympathique triplant acharné à réussir. "Je pense que les meilleurs, enfin ceux qui deviendront médecins, se rapprochent plus du reptile que de l'être humain ".

Si Thomas Lilti cherche à dénoncer les conditions féroces de la première année de médecine, Première année est aussi une belle histoire d'amitié.

Gregory Charles revient sur la "fameuse" blague de José Gaudet
José, c'est un gars que j'aime. "On devrait tous s'inspirer de Gregory Charles ", conclut-il. Est-ce que j'ai besoin d'avoir la tête de José Gaudet? "Pas du tout.

Avec humour et exactitude, Thomas Lilti filme ces jeunes au travail et décrit la " boucherie pédagogique " qu'est ce système compétitif dépourvu de tout sens psychologique. Ses débuts de cinéastes se sont déroulés alors qu'il était encore médecin.

Contrairement à ses deux précédents films, " Première année " n'est pas directement un long métrage sur l'exercice de la médecine. Avec Première année, il remonte aux origines, en montrant de manière très réaliste ce qui attend les candidats (tes) de ce concours très sélectif autant qu'absurde, sorte de "diagonale des fous " des futures blouses blanches".

Grâce au jeu subtil de Vincent Lacoste et William Lebghil, Thomas Lilti rend crédible ce Première année, lequel coïncide avec l'annonce de la fin du numerus clausus, à condition que les mandarins et autre conseil de l'ordre ne fasse pas pression à la manière d'un lobby qu'ils sont parfois (souvent?). Et pour mieux se glisser dans ce rôle, il est allé à la rencontre de véritables étudiants avec William Lebghil, qui incarne un fils de médecin qui veut marcher dans les pas de son père. Judicieusement complémentaires, Vincent Lacoste et William Lebghil donnent du poids à cette épopée sur tables et paillasses.

Capitale de la douleur — Première année