Mercredi, 14 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Maracineanu, une ministre déjà sur le gril

Maracineanu, une ministre déjà sur le gril

12 Septembre 2018

Les débuts de la toute nouvelle ministre des Sports, Roxana Maracineanu, sont pour le moins mouvementés.

Roxana MARACINEANU, ministre des Sports, se rendra à l'Hôtel de Matignon ce lundi 10 septembre à 10h30 pour une réunion de travail avec le Premier ministre Édouard PHILIPPE. Dans le courrier, Matignon compte "sur une transformation du mode de gestion des conseillers techniques sportifs (CTS)", les cadres d'Etat mis à la disposition des fédérations, "et sur la réduction de leur nombre, ainsi que sur une rationalisation des services déconcentrés".

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a affirmé dimanche que le chiffre de 1.600 suppressions de postes au ministère des Sports, avancé dans une lettre de cadrage de Matignon, était à ce stade "une base de discussion", qui donnera lieu à "un échange".

Principal levier d'action pour faire des économies: les conseillers techniques sportifs. Ce ne sont "pas les bons mots qui ont été employés", a-t-elle déclaré à la presse dimanche, en marge de sa première sortie officielle, pour la course "La Parisienne".

Le chef du gouvernement a souligné par la suite dans un communiqué qu'il n'était pas question de supprimer les CTS.

Marseille : Jean-Luc Mélenchon ironise sur les "kékés" du Nord
Ce qu'Emmanuel Macron a réfuté, avec énergie. " Je suis content que vous soyez dans ma circonscription ", a conclu l'élu de Marseille .

"Je suis en train de chercher des solutions", a ajouté l'ancienne championne de natation, qui, à son cinquième jour à la tête du ministère, a concédé que le problème lui était "tombé un peu dessus".

"Je tiens à réaffirmer qu'aucun des 1.600 CTS évoqués dans le document dont vous avez eu connaissance ne perdra son emploi", a assuré la nouvelle ministre lundi midi avant d'annoncer le lancement d'une "concertation" sur l'"évolution" de la gestion des CTS. Le monde sportif, vent debout contre cette réforme, s'est vivement inquiété d'une potentielle disparition des conseillers techniques sportifs (directeurs nationaux, entraîneurs nationaux...), ces agents rémunérés par l'État, placés auprès des fédérations et chargés à la fois du haut niveau et du développement des pratiques sportives. Indiquant que le Premier ministre l'a "assuré de sa volonté d'avoir un budget du sport à la hauteur des enjeux", la ministre a également annoncé qu'elle lançait "des discussions sur la gestion des taxes" avec le ministre du Budget Gérald Darmanin et fera "des propositions sur ce sujet avant la présentation du PLF pour 2019". "Tous ceux qui sont dans une usine à champion, mais aussi tous les gamins qui vont travailler dans les pôles espoirs vont être touchés parce qu'on veut zigouiller 60% des effectifs", a résumé lundi matin sur Europe 1 Philippe Bana, le directeur technique de la Fédération de handball. En outre, ils plébiscitent les bénéfices du sport en club pour la jeunesse et sont 90% (94% chez les amateurs de sport) à penser que la pratique du sport permet aux jeunes de développer la cohésion et les rencontres.

"Nous allons rester très vigilants sur leur statut, a ajouté Philippe Bana, pointant le communiqué diffusé par Matignon lundi qui indique que "leur statut doit être ré-interrogé".

Le tout, dans une dans "un processus de concertation approfondi avec l'ensemble des acteurs, dans le respect du rôle et des prérogatives de chacun".

Faut-il que les fédérations prennent leur part dans la rémunération des CTS? Elle a précisé qu'elle en présenterait les résultats "fin octobre".

Maracineanu, une ministre déjà sur le gril