Mardi, 20 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Washington ferme la mission palestinienne et accentue sa pression

Washington ferme la mission palestinienne et accentue sa pression

11 Septembre 2018

La Palestine condamne "avec la plus grande fermeté" la décision de l'administration américaine de fermer la mission palestinienne à Washington, sans pour autant être surprise, a affirmé Husam Zomlot, chef de la délégation de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) aux États-Unis.

Donald Trump cherche par tous les moyens à faire pression sur l'autorité palestinienne pour renouer les négociations du processus de paix. En conséquence, "l'administration a décidé que le bureau de l'OLP à Washington allait fermer pour l'instant", a-t-elle annoncé, confirmant une décision déjà rendue publique par les dirigeants palestiniens.

Ce choix intervient après d'autres mesures américaines à l'encontre des autorités palestiniennes comme l'annulation de plus de 200 millions de dollars d'aide bilatérale ou l'arrêt du financement de l'agence onusienne prodiguant ses services à des millions de réfugiés palestiniens (UNWRA).

Un haut responsable palestinien a riposté contre les déclarations du président américain, Donald Trump, selon lesquelles l'aide américaine aux Palestiniens serait suspendue tant qu'ils ne reprendraient pas les pourparlers de paix avec Israël.

L'administration Trump "fait la liste des commissions que lui a soumise" le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a encore accusé M. Zomlot auprès de journalistes à Ramallah. "La liste comprend Jérusalem, la question des réfugiés, le droit au retour" de ces réfugiés, "les colonies, Gaza et la partition de Gaza et de la Cisjordanie", a-t-il dit.

Une double-championne olympique devient paraplégique
Elle a ainsi perdu toute sensibilité dans ses jambes: "Je sens ma peau, mais il n'y a pas de réaction". Prenant part comme d'habitude à un entraînement, celui-ci ne s'est pas du tout déroulé comme prévu.

Selon lui, la fermeture de la mission est "un coup direct" porté aux relations américano-palestiniennes et aux perspectives de paix au Proche-Orient, ainsi qu'à l'intégrité du système politique et juridique international. "C'est un plan extraordinairement ambitieux", a-t-il vanté, appelant le président palestinien Mahmoud Abbas à parler aux Israéliens. La Palestine reste ferme dans sa décision de "ne pas coopérer avec la campagne en cours pour réduire ses droits à néant".

Les États-Unis versaient aux Palestiniens "d'énormes sommes d'argent", a dit la semaine passée Donald Trump.

"Je n'ai jamais vu une administration soutenir Israël de manière si inconditionnelle tout en s'attaquant si durement aux Palestiniens, sans logique, sans but et sans justification de sécurité nationale", a critiqué sur Twitter Aaron David Miller, ancien diplomate américain et négociateur dans plusieurs administrations démocrates comme républicaines.

Loin de céder, les Palestiniens comptent redoubler d'efforts contre Israël devant la CPI, a prévenu Hossam Zomlot.

Washington ferme la mission palestinienne et accentue sa pression