Jeudi, 20 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » L'administration Trump menace de prendre des sanctions contre la CPI

L'administration Trump menace de prendre des sanctions contre la CPI

11 Septembre 2018

" Inefficace, irresponsable et carrément dangereuse ".

Un conseiller de Donald Trump a menacé de sanctionner des membres de la CPI si des poursuites étaient engagées contre des Américains ou des alliés des Etats-Unis. L'ancien ambassadeur auprès des Nations unies a détaillé les mesures de rétorsion envisagées à l'encontre des magistrats.

En novembre 2017, Fatou Bensouda, procureur de la Cour pénale internationale, avait annoncé, qu'elle demanderait à la Cour, l'autorisation d'une enquête sur des crimes présumés, commis dans le cadre du conflit Afghan, notamment par l'armée Américaine.

Une policière se trompe d'appartement et abat son voisin — Etats-Unis
Des analyses sanguines doivent être effectuées à la recherche d'éventuelles drogues ou d'alcool. C'est dans un rapport rendu public jeudi à Strasbourg que le Conseil de l'Europe demande à...

Cette violente charge intervient plusieurs mois après les déclarations de la procureure de la CPI, Fatou Bensouda.

"À tout moment, la CPI pourrait annoncer l'ouverture d'une enquête formelle contre ces patriotes américains ", a expliqué John Bolton. Je veux adresser un message clair et sans ambiguïté de la part du président des Etats-Unis: les Etats-Unis utiliseront tous les moyens nécessaires pour protéger nos concitoyens et ceux de nos alliés de poursuites injustes de la part de cette cour illégitime. "Nous allons prendre des sanctions contre leurs avoirs dans le système financier américain, et nous allons engager des poursuites contre eux dans notre système judiciaire", a lancé John Bolton, dans cette attaque sans précédent contre la CPI, dont le siège est situé à La Haye (Pays-Bas). Les Etats-Unis ont refusé d'y adhérer et ont tout fait pour éviter que des Américains puissent être visés par ses enquêtes. "Après tout, la CPI est déjà comme morte pour nous", ajoutera John Bolton, précisant que l'administration Trump envisage de demander au Conseil de sécurité de l'ONU de restreindre les pouvoirs de la CPI. Selon lui, "l'objectif tacite, mais toujours central ", des "plus fervents partisans " de la CPI "était de limiter l'action des États-Unis", en ciblant avant tout "ses dirigeants politiques ". Pour l'ONG, Human Rights Watch, ces menaces " illustrent un manque de respect pour les victimes de crimes atroces ".

Dans un communiqué publié mardi, la CPI, juridiction pénale universelle chargée de juger les personnes accusées de génocides et de crimes contre l'humanité, rappelle qu'elle est une institution impartiale et indépendante bénéficiant du soutien de 123 pays.

L'administration Trump menace de prendre des sanctions contre la CPI