Jeudi, 15 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Attaque sans précédent de Washington contre la Cour pénale internationale

Attaque sans précédent de Washington contre la Cour pénale internationale

11 Septembre 2018

Nous allons interdire à ces juges et procureurs l'entrée aux États-Unis.

"En fait, cette cour est inefficace, irresponsable et carrément dangereuse", a-t-il déclaré lors d'un discours prononcé devant la Société fédéraliste (Federalist Society), organisation de conservateurs et libertaires américains qui souhaitent réformer le système législatif américain.

En réponse, la CPI a rappelé être "une institution judiciaire indépendante et impartiale ".

"A tout moment, la CPI pourrait annoncer l'ouverture d'une enquête formelle contre ces patriotes américains", a-t-il ajouté, soulignant: "nous n'allons pas coopérer avec la CPI, nous n'allons pas lui fournir d'assistance, nous n'allons pas adhérer à la CPI".

Tout a commencé en novembre 2017, lorsque la procureure de la CPI a annoncé son intention de demander aux juges une autorisation pour lancer une enquête sur de possibles crimes de guerre, commis dans le cadre du conflit afghan.

Nouvelles accusations contre le PDG de CBS | Catherine Triomphe | Médias — Abus sexuels
Moonves, 68 ans, PDG de CBS depuis 15 ans, pourrait intervenir avant la reprise des cotations lundi à la bourse de New York. Certaines femmes ont aussi accusé Leslie Moonves d'avoir entravé leur carrière après qu'elles eurent repoussé ses avances.

Les Etats-Unis utiliseront "tous les moyens nécessaires" pour protéger leurs citoyens et leurs alliés contre "les poursuites injustes de la part de ce tribunal illégitime", a dit le conseiller à la Sécurité nationale. "Nous allons laisser la CPI mourir de sa belle mort" car "pour nous, la CPI est déjà morte", a insisté le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche.

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a elle estimé que cette "menace sans précédent" allait "seulement isoler encore davantage les Etats-Unis de ses plus proches alliés et conforter les criminels de guerre et les régimes autoritaires qui tentent d'échapper à la justice internationale".

Si 123 Etats acceptent aujourd'hui l'autorité de la CPI, 32 pays, dont les Etats-Unis et la Russie, ont signé le Statut de Rome mais ne l'ont pas ratifié.

Les relations entre Washington et la CPI ont toujours été tumultueuses.

Et ce n'est pas tout, aux pays qui essayeront d'assister la CPI de quelque manière que ce soit dans ses enquêtes contre les États-Unis, John Bolton prévient: "Nous ferons la même chose pour tout entreprise ou État qui assiste une enquête de la CPI sur les États-Unis et nous prendrons note si des pays coopèrent avec les enquêtes de la CPI sur les États-Unis et leurs alliés". Les Etats-Unis ont refusé d'y adhérer et ont tout fait, notamment par des accords bilatéraux avec de nombreux pays, pour éviter que des Américains puissent être visés par ses enquêtes. Cette attaque en règle s'inscrit dans le programme "America First " (L'Amérique d'abord) de Donald Trump, qui a déjà mené au retrait des États-Unis de plusieurs organisations ou accords internationaux.

Attaque sans précédent de Washington contre la Cour pénale internationale