Mercredi, 21 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Après "l'attentat" contre Nicolas Maduro, le pouvoir s'en prend à l'opposition — Venezuela

Après "l'attentat" contre Nicolas Maduro, le pouvoir s'en prend à l'opposition — Venezuela

10 Août 2018

"Il y a plusieurs semaines, j'ai été contacté par (l'ex-président du Parlement) Julio Borges qui m'a demandé de faire passer une personne du Venezuela vers la Colombie".

Au cours d'une longue allocution radio-télévisée, Nicolas Maduro a présenté ce qu'il considère comme des "preuves" de la réalité d'une tentative d'assassinat contre lui, et a accusé l'ancien président du Parlement, l'opposant Julio Borges, actuellement en exil, d'être lié à l'attaque aux drones, ainsi qu'un député de l'opposition vénézuélienne, Juan Requesens.

Julio Borges a dénoncé mercredi auprès de l'AFP à Bogota une "farce". "Nous savons tous que c'est un montage pour nous poursuivre et pour nous condamner, nous qui nous opposons à ta dictature".

Le président de l'Assemblée constituante, Diosdado Cabello, a convoqué une session qui aura pour unique ordre du jour la "suppression de l'immunité parlementaire des députés impliqués" dans "l'attentat" contre Nicolas Maduro. Les images capturées à la télévision en direct montrent Nicolas Maduro et sa femme levant les yeux vers une explosion et des centaines de soldats se bousculant. La formation d'opposition à laquelle le député appartient, Primero Justicia, a annoncé que ce député et sa sœur avaient été arrêtés mardi par le service vénézuélien du renseignement, le Sebin. "Il s'agit de Juan Monasterios", un des auteurs présumés de l'attaque, a déclaré le jeune député de 29 ans.

Le président Maduro avait aussi mis en cause les États-Unis, évoquant des " financiers ", sans les nommer, qui résideraient en Floride.

Une élection partielle redonne espoir aux démocrates — USA
L'élection partielle a été déclenchée par le départ imprévu de l'élu républicain en place depuis plus de 15 ans. Donald Trump y a apporté son soutien à un candidat tentant de ravir la place du gouverneur républicain sortant.

Plus tôt, le Parlement vénézuélien, seule institution tenue par l'opposition, a réclamé l'ouverture d'une " enquête sérieuse, objective, impartiale et concluante qui fournirait des informations précises " sur l'explosion des deux drones.

Commentant les faits survenus samedi, le Parlement vénézuélien a déclaré "rejeter les voies, violentes ou non, qui s'écartent des lignes directrices établies dans la Constitution".

Pour accuser l'opposition, Nicolas Maduro dit s'appuyer sur des déclarations qui auraient été faites par des personnes, au nombre de six, arrêtées à la suite de l'incident. "Malheureusement, un régime qui utilise la propagande et la désinformation comme méthodes systématiques n'a aucune crédibilité", avaient déploré les parlementaires quelques heures avant les annonces faites mardi par le pouvoir.

Les députés ont confirmé "leur engagement en faveur de solutions politiques, institutionnelles et pacifiques à la crise actuelle". Mais dans la pratique, l'Assemblée constituante -non reconnue par une grande partie de la communauté internationale- s'est arrogé ses pouvoirs. L'inflation pourrait atteindre 1 000 000% fin 2018 selon le Fonds monétaire international (FMI), et le PIB devrait s'effondrer de 18%. "Nous appelons l'ensemble du secteur de la santé à se faire entendre, à s'exprimer et à descendre dans la rue".

La pénurie de fournitures et de matériel médical et chirurgical dans les hôpitaux dépasse 90%, selon la Fédération médicale, tandis que la pénurie de médicaments est d'environ 85% et est presque totale concernant les médicaments pour les maladies chroniques comme le cancer ou le VIH. "Nous savons qu'il est assez lâche pour participer à ce genre d'événements", a affirmé Nicolas Maduro.

Après