Dimanche, 19 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » Le couple molesté a dit la vérité, la police confirme — Affaire Benalla

Le couple molesté a dit la vérité, la police confirme — Affaire Benalla

07 Août 2018

C'est là que tous deux lancent des objets en direction des forces de l'ordre (deux bouteilles de bière vides pour lui, un cendrier pour elle), y ajoutant un bras d'honneur. Seul le jeune couple fait finalement depuis juillet l'objet d'une enquête préliminaire. Les coups pleuvent sur le jeune homme, comme en témoigne la désormais fameuse vidéo.

C'est une autre anecdote révélée par le Canard enchaîné à paraître ce mercredi: interrogé par les commissions d'enquête de l'Assemblée puis du Sénat, Michel Delpuech a toujours assuré qu'il connaissait à peine Alexandre Benalla. Celles-ci ne concernent cependant pas les agissements de l'ancien chargé de mission de l'Elysée ou de son accolyte salarié de LREM Vincent Crase, mais bien des informations recueillies sur le couple molesté place de la Contrescarpe.

Au Canard enchaîné, le préfet a concédé "un pur geste de courtoisie".

Le 25 juillet, le procureur de la République de Paris, François Molins demandait, dans un courrier, au directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), Frédéric Dupuch, pourquoi les deux jeunes "n'avaient pas été mis en cause pour les faits commis contre les forces de l'ordre ce jour-là" et pourquoi "aucune procédure" n'avait été lancée contre eux. D'après lui, "priorité [avait] été donnée aux individus suspectés d'avoir participé aux actions les plus violentes, porteurs d'armes, de vêtements noirs, foulards, accessoires de dissimulation, c'est-à-dire les potentiels membres des black blocs", ces groupes de casseurs présents par centaines ce jour-là et responsable de nombreuses dégradations dans la capitale.

Attention, consommer de l'aloe vera peut être dangereux pour la santé !
Mais cette plante vivace, utilisée depuis l'Antiquité dans le bassin méditerranéen, est à manipuler avec précaution. L'aloe vera n'a pas que des vertus.

Autre révélation du Monde, le couple n'avait pas d'antécédents judiciaires.

Selon les documents en question, contrairement à ce que le préfet de police Michel Delpuech avait affirmé lors de son audition à l'Assemblée, l'homme et la femme interpellés par Alexandre Benalla le 1er mai à Paris étaient en possession de leurs papiers et n'ont pas décliné de fausses identités.

Le quotidien s'appuie sur des courriers adressés au procureur de la République de Paris François Molins par deux services de police, qui indiquent qu'aucune poursuite n'avait été engagée contre les deux manifestants car leurs fiches d'interpellation ne faisaient "pas état d'infractions de violences volontaires graves ou répétées" à l'encontre de la police "ou d'atteintes particulières ou dangereuses". Enfin, les jeunes n'ont pas cherché à dissimuler leurs identités, comme cela l'a été dit dans certains médias.

Le couple molesté a dit la vérité, la police confirme — Affaire Benalla