Jeudi, 18 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Une association part en guerre contre les cartes postales sexistes — Ardèche

Une association part en guerre contre les cartes postales sexistes — Ardèche

05 Août 2018

Une "brochette" de jeunes femmes en maillots de bain échancrés sur un fond de champ de lavande avec "Bisous de Provence" placardé dans un coin, c'est la première carte postale d'une série que "Femmes Solidaires national" a publié mercredi.

Pour l'association, ces cartes "concourent à la culture du viol". Et le résultat est accablant: en quelques semaines, les quelque 10 000 membres des 190 antennes du mouvement féministe "Femmes solidaires" ont glané un sacré paquet de cartes postales sexistes, venues d'un peu partout en France. C'est ce que dénonce l'association dans une campagne lancée en début de mois sur les réseaux sociaux. Sur l'un d'entre eux, on aguiche l'acheteur potentiel avec les fesses d'une joueuse de pétanque, sous ces mots "Vacances épuisantes: l'après-midi on pointe, le soir on tire!".

"Parfois, à côté des images dénudées, on voit un monument emblématique de la ville ou simplement la localité".

Et si on s'offrait un des châteaux de Game of Thrones ?
Après la guerre, les Acheson ont vendu la propriété au ministère de l'Agriculture anglais qui y a établi un parc de conservation. Mais le château n'a pas seulement été le théâtre d'aventures fictives dans la série Game of Thrones .

"J'ai vu autour de Vallon-Pont-d'Arc des cartes avec écrit elle sont belles mes gorges et des femmes en string" explique Carine Delahaie, porte-parole de Femmes Solidaires.

Contactés par l'AFP, les responsables de plusieurs de ces entreprises ont affirmé que la demande pour ce type de photos était en forte baisse.

"C'est un marché très restreint", a également indiqué Eric Leconte, des éditions Valoire Estel, près de Blois. "Les femmes nues, ça a presque complètement disparu", a-t-il précisé, jugeant qu'"il n'y a pas de quoi s'énerver non plus" car "il y a des choses dans le monde beaucoup plus importantes". "Ce sont de très vieilles photos mais elles continuent à se vendre", soupire-t-elle. Preuve que le marché n'est pas si près de s'essouffler.

Une association part en guerre contre les cartes postales sexistes — Ardèche