Mercredi, 15 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » " "Israël devient " l'Etat-nation " du seul peuple juif

" "Israël devient " l'Etat-nation " du seul peuple juif

20 Juillet 2018

Le texte a immédiatement provoqué un tollé parmi les organisations des droits de l'homme et les leaders de l'opposition qui l'accusent d'officialiser des discriminations envers les Arabes israéliens - qui représentent 20 % de la population - et donc de dégrader leur statut.

Elle déclare que l'établissement de "localités juives (sur le territoire israélien) relève de l'intérêt national" et proclame que Jérusalem est la capitale d'Israël, y compris la partie orientale de la ville annexée et occupée.

Le texte amendé spécifie que "l'État considère que le développement des localités juives relève de l'intérêt national et que l'État prendra les mesures pour encourager, faire avancer et servir cet intérêt". L'opposition dénonce un texte raciste.

Dans la précédente version, le projet de loi évoquait la possibilité de créer des localités réservées aux juifs, excluant les citoyens arabes israéliens qui constituent 1,8 des 9 millions de la population totale israélienne, très majoritairement juive.

La nouvelle formule est plus vague, mais elle est tout de même contestée, notamment par le député arabe Ayman Odeh qui a brandi durant le débat un drapeau noir à la tribune pour marquer "la mort de notre démocratie ". La délégation de l'Union européenne en Israël avait aussi jugé discriminatoire cette formulation.

Ces joueurs d’origine africaine évoluant pour des nations européennes
C’est également le cas de l’attaquant de Liverpool Christian Benteke. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Un policier israélien argumente avec une Palestinienne à Jérusalem, le 13 mai 2018.

Cette loi est " dangereuse et raciste par excellence ", a fustigé le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, sur son compte Twitter, affirmant qu'elle légalisait " officiellement l'apartheid ".

Le texte affirme aussi que le "droit à l'autodétermination en Israël " n'appartient qu'au "peuple juif ".

Et, lors des débats, le député du Likoud, le parti de M. Nétanyahou, Avi Dichter, qui était le rapporteur de la loi, a lancé aux députés arabes: " Vous n'étiez pas ici avant nous et vous ne resterez pas ici après nous. Mais du côté de la majorité, on se félicite d'avoir réussi à sanctifier le caractère juif du pays. En l'absence de Constitution israélienne, les gouvernements et les Parlements successifs ont effectivement été amenés à édicter toute une série de "lois fondamentales" que les tribunaux de toutes instances sont censés interpréter comme l'expression des principes fondamentaux liés à la création et à la pérennité de l'État d'Israël.

La radio publique a souligné que sur les 120 députés, 45 parlementaires juifs d'opposition avaient voté contre la loi.