Mardi, 11 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Wimbledon: poursuivre le match sous le toit n'était pas logique selon Nadal

Wimbledon: poursuivre le match sous le toit n'était pas logique selon Nadal

17 Juillet 2018

Les deux champions ont dû revenir sur le terrain samedi car le couvre-feu (23h00 locales, minuit heure française), imposé par les résidents de Wimbledon, les avait coupés dans leur élan vendredi soir. Les deux hommes n'avaient rien perdu de leur niveau de jeu pendant la nuit et ont livré un duel d'un niveau dantesque. Anderson l'a finalement emporté après 6h36 de jeu, 26-24 dans le cinquième set. Des conditions optimales donc pour le "Djoker" spécialiste du jeu en indoor, contrairement à l'Espagnol, plus à l'aise sur surface lente.

Son duel à rallonge avec Isner avait contraint Nadal et Djokovic à patienter de longues heures avant de pénétrer sur le court central.

Devant Poutine, Donald Trump ne croit pas à l'interférence de la Russie
C'est la quatrième fois que présidents américain et russe se donnent rendez-vous dans la paisible capitale finlandaise. Répondant à la question d'un journaliste sur la manière dont s'étaient tenus les pourparlers, M.

Djokovic menait deux manches à une - après avoir effacé trois balles de set dans le troisième acte - quand la partie a repris dans les mêmes conditions qu'elle avait commencé, c'est-à-dire sous le toit du court central malgré le radieux soleil londonien. Tandis que leurs homologues sud-africain et américain avaient rendu une pâle copie dans cette "prolongation", "Nole " et "Rafa " ont atteint des sommets de tennis rarement aperçus depuis de nombreux mois. Le caractère exceptionnel de ce 51eme face-à-face entre les deux joueurs prend toute sa forme dans cette première balle de match de Novak Djokovic sauvée par un amorti de Rafael Nadal en toute maîtrise comme s'il s'agissait d'un point joué au milieu de la rencontre. Son coup a effleuré la ligne et Djokovic, trop court, n'a pu que toucher la balle de sa raquette. La faute en incombe à son élimination au premier tour contre l'Australien Matthew Ebden (ATP 51), ainsi qu'au triomphe, dimanche en finale, de Novak Djokovic (ATP 21) 6-2, 6-2, 7-6 (7/3) contre le Sud-Africain Kevin Anderson (ATP 8). Le Serbe, déjà vainqueur en 2011, 2014 et 2015 sur le gazon londonien, ne figurait pas dans le Top 20 à l'ATP à l'entame du tournoi, mais il est revenu à la vitesse de l'Eurostar qui relie Bruxelles à Londres après la déception de sa défaite en quart de finale à Roland-Garros contre l'Italien Marco Cecchinato. Le natif de Belgrade partira en toute logique favori de la rencontre, dimanche, de par son expérience mais aussi le sentiment d'avoir retrouvé son appétit pour la victoire.

Wimbledon: poursuivre le match sous le toit n'était pas logique selon Nadal