Dimanche, 22 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Trump vante la relation "spéciale" avec Londres après la polémique Brexit | Europe

Trump vante la relation "spéciale" avec Londres après la polémique Brexit | Europe

14 Juillet 2018

"Je l'aurais fait très différemment", dit-il. "J'ai dit à Theresa May comment faire, mais elle ne m'a pas écouté".

Semant le chaos tout au long de son séjour en Europe, Donald Trump a fait une entrée fracassante au Royaume-Uni, vendredi, avec une entrevue dans laquelle il rudoie la première ministre britannique et fait valoir que l'Europe "perd sa culture" en raison de l'immigration.

"S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni", a dit M. Trump au tabloïd The Sun alors que Mme May comptait profiter de sa visite officielle au Royaume-Uni pour faire avancer les discussions sur la conclusion d'un accord de libre-échange avec Washington, une fois que son pays aura quitté l'UE fin mars 2019.

Ils ont hué à pleins poumons quand un hélicoptère a emmené le président américain vers Blenheim, imposante résidence de campagne près d'Oxford, où il participe à un dîner avec Mme May et des représentants du monde économique.

Le projet que Mme May a proposé à Bruxelles prévoit de maintenir des liens étroits avec l'UE à 27, en instaurant une nouvelle "zone de libre-échange" qui reposerait sur un ensemble de règles communes concernant les biens et le secteur agro-alimentaire.

C'est une claque pour la cheffe de l'exécutif qui tente de rassoir son autorité sur son parti conservateur divisé sur le Brexit. La Première ministre britannique est "une personne sympathique", dit-il. Theresa May a répliqué en disant que les propositions du gouvernement "répondent au vote des Britanniques".

Dans l'interview, le président américain avait également jugé que Boris Johnson, ex-ministre des Affaires étrangères britannique qui a démissionné lundi et partisan d'un Brexit dur, ferait, selon lui, un "grand Premier ministre".

Les ouvriers de Fiat en grève à cause de Ronaldo !
Ce dernier devrait toucher un salaire annuel net de 30 millions d'euros pendant quatre saisons. Le Madrilène a plus de 133 millions de followers sur les réseaux sociaux.

Les démonstrations de mécontentement contre le président américain ont démarré dès jeudi, avec un rassemblement devant la résidence de l'ambassadeur américain à Londres.

Lors des déplacements de Donald Trump, de nombreuses manifestations sont prévues.

Amnesty International a déployé une banderole de 15 mètres sur un pont surplombant la Tamise, face à l'ambassade des Etats-Unis, qualifiant M. Trump de "cauchemar pour les droits de l'Homme".

La protestation la plus massive devrait rassembler des dizaines de milliers de personnes vendredi à Trafalgar Square, dans la capitale britannique.

Le matin, un ballon géant représentant un Donald Trump en couche-culotte flottera dans le ciel londonien près du Parlement. "La plupart de ceux qui défileront vendredi aiment les Etats-Unis, comme moi", a-t-il indiqué dans un communiqué.

"Mais avoir une relation spéciale signifie que nous attendons l'un de l'autre les valeurs les plus élevées, et cela implique aussi de dire quand les valeurs qui nous sont chères sont menacées", a ajouté l'élu travailliste, qui a eu des échanges envenimés avec M. Trump depuis l'arrivée au pouvoir de ce dernier.

Trump vante la relation