Mardi, 13 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Jean-Claude Juncker en position bien difficile au sommet de l'OTAN

Jean-Claude Juncker en position bien difficile au sommet de l'OTAN

14 Juillet 2018

Le dirigeant le plus important de l'Union européenne trébuche en tentant de monter les marches de la tribune officielle, à quelques minutes du dîner de gala qui se tient dans le musée d'Art et d'Histoire du Cinquantenaire.

Face aux accusations d'ivresse manifeste de l'ancien Premier ministre luxembourgeois, la Commission européenne a officiellement réagi en confirmant les dires des autres dirigeants: M. Juncker souffrait d'une sciatique. "(.) Il n'a pas de problème de santé grave pour ce que j'en ai appris, mais il a un problème de dos depuis un certain temps".

Jean-Claude Juncker a tenu à démentir en personne, déclarant à la RTBF être victime d'une " névralgie sciatique " qui l'empêche de se déplacer correctement. Un député eurosceptique allemand a publié, jeudi 12 juillet, une vidéo montrant le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, la veille, "apparemment ivre", aidé dans ses déplacements par des chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Bruxelles (Belgique) à l'occasion d'un sommet de l'Otan. Le Premier ministre portugais, Antonio Costa, et son homologue néerlandais, Mark Rutte, ont évoqué "un problème de dos". Jean-Claude Juncker a pris "des médicaments et se sent mieux" a-t-il ajouté. "C'était malheureusement le cas mercredi soir", a déclaré le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, lors d'un point de presse à Bruxelles.

Nadal s'attend à "un grand défi" face à Djokovic en demi-finale
Poussé dans un tie-break très serré, l'Argentin de 29 ans a été mené 3-1 puis 5-4 mais il a repris les devants. Profiter de la tendance assez prononcée chez ce "gros chat" de Del Potro à ronronner à l'allumage.

"Il prend des médicaments et se sent mieux", a-t-il assuré en insistant sur "l'agenda chargé" du président de la Commission le mercredi puis le jeudi suivant cette réception. Et la semaine prochaine "il va continuer à travailler dur, comme il le fait depuis le début de sa carrière publique", a-t-il poursuivi.

Au cours d'un sommet à Riga (Lettonie) en 2015, Jean-Claude Juncker particulièrement en verve avait accueilli le Premier ministre hongrois Viktor Orban d'un "salut, dictateur ".