Dimanche, 18 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Allemagne. Meurtres néonazis : prison à vie pour la principale accusée

Allemagne. Meurtres néonazis : prison à vie pour la principale accusée

13 Juillet 2018

Au terme d'un procès fleuve de plus de cinq ans, l'unique survivante d'un groupuscule néonazi allemand a été condamnée à la réclusion à perpétuité, le 11 juillet à Munich, pour une série de meurtres racistes qui avaient choqué l'Allemagne.

Le tribunal de Munich a également privé l'unique survivante du trio Clandestinité nationale-socialiste ("Nationalsozialistischer Untergrund", NSU), de la possibilité de demander une libération conditionnelle au bout de quinze ans.

Beate Zschäpe reste une énigme en Allemagne malgré plus de cinq ans de procès, marqués par son quasi-mutisme sur les faits.

Le ministère public assure qu'elle a apporté un soutien logistique important à ses deux compagnons et géré les finances du trio tout en leur trouvant des logements durant les nombreuses années de leur vie dans la clandestinité. Les quatre autres néonazis assis à ses côtés sur le banc des accusés risquent des peines pouvant aller jusqu'à 12 ans de prison. Les enquêteurs dressent deux hypothèses: ils ont pu tous les deux se suicider, ou l'un deux a tué son complice avant de retourner l'arme contre lui.

Cette affaire a profondément bouleversé l'Allemagne et a jeté une lumière crue sur les défaillances des services de renseignement intérieur ainsi que sur le danger sous-estimé des réseaux d'extrême-droite allemands.

La chancelière Angela Merkel avait exprimé "la honte" de son pays devant ces crimes.

Face aux critiques, Macron va exposer son cap politique aux parlementaires - Autres
Ce qui était impossible depuis le début de la République, hantée par les coup d'États des Bonaparte. Elles permettront de " tenir les engagements de baisse de nos dépenses publiques", a-t-il promis.

En effet, les familles ont été accusées à tort, et jamais la piste xénophobe n'a été explorée sérieusement par les enquêteurs.

Des proches des victimes ont témoigné à la barre des soupçons dont ils ont fait l'objet de la part de policiers qui penchaient pour des règlements de compte entre trafiquants de drogue ou du blanchiment d'argent. Il avait fallu attendre deux ans et demi d'audience pour que l'accusée s'adresse pour la première fois à ses juges dans une lettre lue par l'un de ses avocats.

Des documents importants ont été détruits avant que l'enquête ne soit achevée.

"S'il vous plaît, ne me condamnez pas pour quelque chose que je n'ai ni voulu ni commis", a-t-elle notamment lancé au président du tribunal, Manfred Götzl.

Une commission d'enquête parlementaire s'est penchée sur ces dysfonctionnements.

Allemagne. Meurtres néonazis : prison à vie pour la principale accusée