Dimanche, 22 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Face aux critiques, Macron va exposer son cap politique aux parlementaires - Autres

Face aux critiques, Macron va exposer son cap politique aux parlementaires - Autres

12 Juillet 2018

"Il n'y a pas d'un côté une action intérieure et de l'autre une action extérieure, c'est la même action, s'adressant aux Français ou s'adressant au monde, c'est le même message: nous protéger et porter nos valeurs", a soutenu Emmanuel Macron, selon qui "il n'y a pas d'un côté une action économique et de l'autre une action sociale, c'est la même finalité: être plus fort pour pouvoir être plus juste". Ce qui lui est interdit par la Constitution.

Les deux autres volets de la réforme des institutions (lois ordinaire et organique), porteurs des mesures emblématiques -réduction de 30% du nombre de parlementaires, limitation à trois mandats identiques dans le temps et introduction de 15% de proportionnelle aux législatives- seront examinés à la rentrée à l'Assemblée quand le Sénat s'emparera de la révision constitutionnelle. Et pour marquer la considération qu'il leur porte, le président de la République a même acté la possibilité de se faire interpeller par les parlementaires lors de la tenue du Congrès dès 2019. Ce qui était impossible depuis le début de la République, hantée par les coup d'États des Bonaparte. La constitution ne le lui permet pas actuellement. " C'est à son élaboration comme au détail de sa mise en oeuvre que je veux les inviter dès le 17 juillet prochain ", a-t-il indiqué, précisant vouloir aborder " la réforme de l'assurance-chômage ou la santé au travail " dans " un esprit constructif ". Elles permettront de " tenir les engagements de baisse de nos dépenses publiques", a-t-il promis.

Reporté à la rentrée par le gouvernement, le plan pauvreté, sera présenté "en septembre " et mis en œuvre "en 2019", a confirmé Emmanuel Macron, en promettant "un accompagnement réel vers l'activité " pour les personnes "les plus fragiles "."Elle ne se contentera pas de proposer une politique de redistribution classique, mais une politique d'investissement et d'accompagnement social". Pour lui, "une politique pour les entreprises n'est pas une politique pour les riches". C'est une politique pour toute la nation, une politique pour l'emploi, une politique pour les services publics " et "pour ceux qui restent en marge ". "Rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui", a affirmé le chef de l'État devant le Congrès, les parlementaires réagissant par des exclamations.

Uber se lance dans la trottinette électrique
Uber avait acquis en avril une autre start-up spécialisée dans les vélos électriques partagés, Jump. Avec ce nouvel investissement, la valorisation de Lime dépasserait un milliard de dollars.

Dès l'automne, ce culte disposera d'"un cadre et de règles", "garantissant qu'il s'exercera partout de manière conforme aux lois de la République ".

Toujours au sujet de l'allocution du chef de l'Etat devant les parlementaires, l'ancien bras droit de François Fillon constate que le locataire de l'Elysée ne s'est pas fixé de ligne directrice claire.

"Jamais la France n'acceptera les solutions de facilité que d'aucuns aujourd'hui proposent qui consisteraient à organiser des déportations, à travers l'Europe, pour aller mettre dans je ne sais quel camp, à ses frontières ou en son sein ou ailleurs, les étrangers" non admis en France, a souligné le chef de l'État. Objectifs: améliorer la représentation institutionnelle du culte musulman, le financement des mosquées et la formation des imams et aumôniers.

Face aux critiques, Macron va exposer son cap politique aux parlementaires - Autres