Lundi, 24 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Turquie: Erdogan prête serment lundi pour un nouveau mandat

Turquie: Erdogan prête serment lundi pour un nouveau mandat

11 Juillet 2018

Erdogan a reçu, lundi au palais présidentiel à Ankara, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, qui a représenté le Roi Mohammed VI à la cérémonie d'investiture du président turc.

Erdogan, 64 ans, a prêté serment au Parlement, s'engageant notamment à préserver les principes de la Turquie laïque fondée par Mustafa Kemal Atatürk et d'accomplir sa tâche d'une manière "impartiale".

Des réformes qui conduisent la Turquie vers un système de plus en plus autoritaire.

Le poste de Premier ministre sera aussi supprimé, le chef de l'Etat détiendra désormais l'ensemble du pouvoir exécutif et pourra promulguer des décrets.

Ainsi, dans la nouvelle législature, l'AKP qui ne dispose pas seul de la majorité devra compter sur le soutien du MHP pour peser au parlement. "En d'autres mots, la Turquie sera une autocratie institutionnalisée", estime Marc Pierini chercheur à l'institut Carnegie Europe.

Wimbledon: Aïe aïe aïe, Federer sorti en quart face à Anderson!!
Le no 2 mondial a souvent été approximatif mercredi, surtout en coup droit, là où il est généralement si redoutable. Il a gagné la deuxième de justesse, et on pensait qu'il avait fait le plus dur.

La livre s'échangeait à 4,7 TRY pour un dollar vers 21H00 GMT, en chute de 3,5% par rapport à son taux d'ouverture, peu après que M. Erdogan a annoncé la nomination de Berat Albayrak, le mari de sa fille aînée, au ministère des Finances au sein de son nouveau cabinet.

Ce nouveau gouvernement a également vu le commandant de l'armée de terre en Turquie, le général Yasar Güler, être nommé chef d'état-major mardi pour succéder au général Hulusi Akar, promu au poste de ministre de la Défense.

Jusqu'alors ministre de l'Energie, Berat Albayrak (40 ans), ancien dirigeant de Calik Holding (textile et médias), affirme vouloir "donner un exemple au monde" et "appliquer une politique monétaire vigoureuse et énergique".

Et, comme le président est aussi le chef de sa formation politique, l'AKP, "il aura le contrôle des députés de son parti, ce qui signifie que le président aura le contrôle sur les branches exécutive, judiciaire et législative du pays", souligne Emre Erdogan, professeur de Sciences politiques à l'Université Bilgi à Istanbul.

Le pays subit une surchauffe économique avec une inflation à 15,39% en juin 2018 sur un an - un taux record depuis 2003 - et un déficit important des comptes courants.

Turquie: Erdogan prête serment lundi pour un nouveau mandat