Samedi, 17 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Nicolas Bay (RN) mis en examen — Emplois fictifs présumés

Nicolas Bay (RN) mis en examen — Emplois fictifs présumés

10 Juillet 2018

Mais comme l'appel n'est pas suspensif, "dès lundi, le RN ne pourra plus mettre en oeuvre aucune activité politique" et il sera "mort à la fin du mois d'août", assure Mme Le Pen, qui donnera une conférence de presse à ce sujet lundi à 10h.

En confisquant notre dotation publique sans jugement sur cette pseudo affaire-des assistants, les juges d'instruction nous appliquent la peine de mort "à titre conservatoire".

Marine Le Pen n'a pas tardé à réagir de façon très véhémente, se posant en victime et politisant le dossier à l'extrême. La justice européenne a déjà exigé de certaines d'entre elles, dont Marine Le Pen, des remboursements s'élevant à plusieurs centaines de milliers d'euros. D'autant que le RN n'arrive pas à obtenir de prêts des banques, rappelle-t-il.

"On est abasourdis. Dans ce pays, qui se targue d'être à la pointe de la démocratie, deux juges peuvent se permettre de tenter de rayer de la carte le premier parti d'opposition en faisant totalement fi de la présomption d'innocence".

Pour Marine Le Pen, "le caractère politique de l'initiative ne fait aucun doute, puisque l'un des deux juges est membre du Syndicat de la magistrature", classé à gauche, "et l'autre est un de ses compagnons de route".

Elle ajoute: "Le RN se voit appliquer une exécution d'une peine qui n'a pas été prononcée dans une affaire qui n'est pas encore jugée, mais qui est au stade de l'instruction".

Un célèbre torero scalpé par un taureau lors d'une corrida — Espagne
Selon Sud-Ouest, le torero, lui, a d'ores et déjà annoncé qu'il comptait se rendre aux fêtes de Pampelune, vendredi 13 juillet. Juan José Padilla doit se représenter face à un taureau le 19 juillet dans les arènes de Plumaçon, dans les Landes.

Cette aide publique, qui s'établissait à 63 millions d'euros au total en 2017 et devrait avoisiner les 68 millions d'euros en 2018, est la principale source de financement des partis.

"Je conteste évidemment, formellement, les accusations dont je fais l'objet", a indiqué Nicolas Bay au Figaro. De sources concordantes, les juges qui enquêtent sur l'affaire des assistants parlementaires du FN au Parlement européen, qui réclame le remboursement de plus de 7 millions d'euros, ont invoqué l'endettement du parti pour justifier cette saisie, craignant que la subvention ne serve qu'à rembourser des emprunts et soit donc indisponible pour recouvrer d'éventuelles pénalités.

Il s'agit notamment de Micheline Bruna, ex-assistante entre autres de Marine Le Pen et de Bruno Gollnisch (inculpé vendredi d'"abus de confiance"), alors qu'elle occupait le poste de secrétaire particulière de Jean-Marie Le Pen, président puis président d'honneur du FN.

La justice soupçonne le parti d'extrême droite d'avoir mis en place un système frauduleux pour rémunérer ses permanents avec des deniers européens. Le Rassemblement national devait recevoir, le 9 juillet, une avance équivalent à la moitié de l'aide publique de 4,5 millions d'euros à laquelle il a droit et dont le versement avait pris du retard.

Selon l'AFP, les investigations ont mis au jour des courriels et des tableaux suggérant que les contrats d'assistant étaient ventilés selon les crédits disponibles sur les enveloppes des élus, sans nécessairement demander l'accord de ces derniers.

Nicolas Bay (RN) mis en examen — Emplois fictifs présumés