Vendredi, 21 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Les six propositions majeures du Royaume-Uni pour sortir de l'Europe — Brexit

Les six propositions majeures du Royaume-Uni pour sortir de l'Europe — Brexit

10 Juillet 2018

Le gouvernement britannique réaffirme qu'il est dans l'intérêt des deux parties de parvenir à un accord sur le Brexit, prévu le 29 mars 2019.

Le président exécutif d'Airbus, Thomas Enders, a accusé vendredi les responsables britanniques "de n'avoir aucune idée" de ce qu'ils faisaient sur le Brexit, au moment où s'ouvrait une réunion cruciale du gouvernement de Theresa May pour fixer sa position.

Theresa May a convaincu les défenseurs d'un Brexit dur au sein de son gouvernement de soutenir son projet de "zone de libre-échange pour les biens" dans l'Union européenne. Londres accepte la fin du "passeport financier", qui permet aux sociétés de proposer leurs services sans entrave dans l'UE depuis le Royaume-Uni, et propose des accords pour "préserver les avantages mutuels des marchés intégrés et protéger la stabilité financière".

Le plan souhaite mettre "fin" à libre circulation des personnes pour "redonner" au Royaume-Uni le contrôle de sa politique migratoire.

" Notre proposition créerait une zone de libre-échange entre le Royaume-Uni et l'UE avec un ensemble de règles communes pour les biens industriels et les produits agricoles", déclare Theresa May dans un communiqué, Downing Street précisant que le secteur des services ferait en revanche l'objet " d'arrangements différents ". Londres aspire toutefois à un dispositif permettant aux citoyens britanniques et de l'UE de "continuer à voyager dans les territoires des uns et des autres", d'y faire des études ou de travailler.

La tromperie gigantesque sur 10 millions de bouteilles de rosé
Cela représente l'équivalent de 10 millions de bouteilles de rosé . Problème: ces vins sont souvent vendus comme un " Vin de France ".

Le Royaume-Uni souhaite la mise en place d'un "cadre institutionnel commun" pour permettre le bon fonctionnement de la future relation avec l'UE, avec un mécanisme de résolution des conflits et un système d'arbitrage indépendant. Londres confirme également son intention de quitter la juridiction de la Cour de justice de l'UE, mais souligne que les tribunaux britanniques pourraient tenir compte de la réglementation européenne pour les affaires tombant sous le coup de "règles communes".

Au coeur des divisions figure la très sensible question irlandaise, le Brexit menaçant de recréer une frontière entre le nord rattaché au Royaume-Uni et le sud membre de l'UE.

Cette proposition, qui a été présentée vendredi 6 juillet et doit encore être négociée avec Bruxelles, a été fermement rejetée dans une lettre ouverte écrite par le fondateur de la marque de boissons Innocent, Richard Reed, et signée par une centaine d'entrepreneurs et dirigeants d'entreprise, dont ceux de Pret, Domino's ou Yo!Sushi (agro-alimentaire), Zoopla (immobilier) ou Net-a-porter (distribution de vêtements).

Mais à peine publié, ce projet suscitait toutefois déjà des réactions critiques du côté des eurosceptiques. Une victoire pour Theresa May, qui est régulièrement critiquée depuis qu'elle a perdu la majorité parlementaire du Parti conservateur lors des élections l'an dernier. Une proposition attendue de longue date par les Européens, lassés des atermoiements du gouvernement britannique sur le contenu des négociations.

Reste désormais à savoir quelle sera la réaction de Bruxelles, qui aimerait voir les discussions enfin progresser.

Les six propositions majeures du Royaume-Uni pour sortir de l'Europe — Brexit