Dimanche, 18 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Le gourou de la secte Aum a été exécuté — Japon

Le gourou de la secte Aum a été exécuté — Japon

10 Juillet 2018

Le 20 mars 1995, selon un procédé très réfléchi, plusieurs membres de l'organisation occulte Aum Vérité suprême, créée par Shoko Asahara, répandaient du gaz sarin dans cinq rames du métro de Tokyo convergeant vers le cœur administratif de la capitale.

Ils avaient tous été condamnés à la peine capitale pour leur implication dans l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995.

Le porte-parole du gouvernement a confirmé la pendaison de Shoko Asahara (de son vrai non Chizuo Matsumoto), mais n'a pas encore donné d'éléments sur les autres condamnés à mort. Percés par des pointes de parapluie, les poches ont libéré le poison.En décembre 1999, la secte Aum a reconnu pour la première fois officiellement sa responsabilité dans l'attentat contre le métro de Tokyo et celui de Matsumoto. La secte attira jusqu'à 10.000 fidèles. 190 disciples environ ont été condamnés à diverses sentences. Il attendait depuis dans les couloirs de la mort avec 12 complices impliqués dans cet attentat.

Yoko Kamikawa dit avoir pris "après une prudente réflexion la décision de signer l'ordre d'exécution" de ces sept condamnés, estimant que "des actes d'une telle gravité, sans précédent au Japon, ne doivent plus jamais se produire".

Didier Deschamps sur Kylian Mbappé : "je ne suis pas son papa"
Sur le banc, cet épisode a passablement agacé Didier Deschamps qui a donc rappelé à l'ordre son attaquant. On vous laisse découvrir ses explications en vidéo ci-dessous! Je ne le laisserai pas se contenter de ça.

" Incarcérés dans des cellules de 5 mètres carrés éclairées constamment, surveillés par une caméra et séparés des autres prisonniers jour et nuit, les condamnés à mort doivent rester assis en permanence et demander une permission pour se lever ou se coucher", rappelle sur son site l'Acat, ONG de lutte contre la torture et la peine de mort, qui voit dans le système carcéral nippon une forme de torture.

"Quand j'ai appris la nouvelle des exécutions, je suis resté serein, en me disant +cette affaire est terminée+", a témoigné pour l'AFP Atsushi Sakahara, un réalisateur de films, victime de l'attaque. J'ai souffert pendant des années. "Je voudrais pouvoir en finir complètement, tout oublier, mais c'est impossible", déplore-t-il.

D'autres regrettent que les sept condamnés n'aient pas parlé davantage pour éclaircir les zones d'ombre sur cet attentat.

Certains craignent en outre que la pendaison d'Asahara fasse de lui un martyr. Ces recommandations lui avaient été présentées par d'autres États dans le cadre de l'examen devant les Nations unes de son bilan en matière de droits humains. "Les attaques menées par Aum étaient injustifiables et les responsables méritent d'être punis. Mais la peine de mort n'est jamais la solution", a déclaré Hiroka Shoji, chercheuse sur l'Asie de l'Est au sein d'Amnesty International. Six autres anciens membres d'Aum attendent toujours dans le couloir de la mort.

Le gourou de la secte Aum a été exécuté — Japon