Samedi, 21 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Boris Johnson claque la porte à son tour — Brexit

Boris Johnson claque la porte à son tour — Brexit

10 Juillet 2018

En cause: des désaccords sur le Brexit.

La Première ministre s'est dite "un peu surprise" de sa démission, après l'accord qu'elle avait obtenu vendredi. Pourquoi a-t-il endossé, vendredi soir, le compromis truffé de concessions à l'UE adopté par le gouvernement à l'issue du séminaire gouvernemental de Chequers, pour rendre son tablier trois jours plus tard? Le flamboyant ministre des affaires étrangères, tout comme le ministre du Brexit David Davis qui avait quitté le gouvernement quelques heures auparavant, n'ont cessé, depuis deux ans, de provoquer Theresa May et de menacer de claquer la porte sans jamais passer à l'acte.

Toute la journée de lundi, la presse britannique s'est demandée où était Boris Johnson après qu'il ne s'était pas présenté à deux réunions officielles où il était attendu.

Le sous-secrétaire d'Etat Steve Baker, qui travaillait avec Davis, a lui aussi démissionné. Boris Johnson et David Davis, en somme, reprochent au Premier ministre d'avoir renoncé au projet de "hard Brexit" (qui réduirait au maximum les règles communes avec l'UE), que portait initialement le gouvernement.

" Cet après-midi, la première ministre a accepté la démission de Boris Johnson en tant que ministre des Affaires étrangères".

France - Belgique : les Bleus favoris selon les sites de paris en ligne
Chez l'équipe de France , c'est toujours Antoine Griezmann , buteur sur ces deux derniers matchs, le numéro 7 est coté à 2,91. La compo probable: Lloris - Pavard, Varane, Umtiti, Hernandez - Kanté, Pogba - Mbappé, Griezmann, Tolisso - Giroud.

Surtout, elle semble pour l'heure avoir éloigné cette menace en s'adressant à huis clos à sa majorité lundi soir. Mais si elle perdait, Boris Johnson est l'un de ceux sur les rangs pour lui succéder.

C'est désormais Dominic Raab qui négociera avec les dirigeants européens.

Ceux-ci s'estiment trahis par sa volonté de maintenir des relations commerciales aussi étroites que possible avec l'Union. "La livre commence à s'inquiéter de la probabilité d'une opposition formelle à Theresa May à l'intérieur du parti conservateur, et de la possibilité de nouvelles élections législatives", note pour l'AFP Connor Campbell, analyste pour Spreadex.com, qui souligne néanmoins que la chute aurait pu être bien pire. "Nous avons également convenu d'un nouveau modèle douanier favorable aux entreprises avec la liberté de conclure de nouveaux accords commerciaux dans le monde entier", a ajouté la Première ministre conservatrice.

Elle a défendu sa propre stratégie tout en signalant qu'elle était prête à accélérer les préparatifs en vue d'une sortie sans accord si l'UE refuse de discuter "sérieusement" ses propositions, qui sont pour elle les meilleures envisageables.

"Malgré le brouhaha, l'arithmétique au Parlement n'a pas changé. Pour l'instant, les Brexiters purs et durs ne sont pas assez nombreux pour chasser May du pouvoir et ne peuvent pas imposer leur version préférée du Brexit à la Chambre des communes", soulignait mardi le site Politico.

Boris Johnson claque la porte à son tour — Brexit