Vendredi, 16 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Exécution de 12 "terroristes" condamnés à mort en Irak

Exécution de 12 "terroristes" condamnés à mort en Irak

02 Juillet 2018

Haider al-Abadi " ordonne la punition immédiate des terroristes condamnés à mort et dont les peines ont passé le degré décisif ", a-t-il annoncé dans un communiqué.

"Peu après, le ministre de la Justice, Haider al-Zamili, précisait que 13 condamnés à mort avaient été exécutés". "Il s'agit du second groupe de condamnés à la peine capitale exécutés en 2018", indique son ministère.

L'Irak fait régulièrement l'objet de critiques de la part d'organisations des droits de l'Homme qui dénoncent les nombreuses condamnations à mort prononcées quasi quotidiennement par des tribunaux antiterroristes.

Abadi, qui est également commandant en chef des forces irakiennes, a chargé les forces d'élite du Service de contre-terrorisme (CTS) de mener des opérations contre ce groupe terroriste qui a tué et enlevé des dizaines de civils et de membres des forces de sécurité ces dernières semaines.

Coupe du monde 2018 : la Croatie vient à bout du Danemark
Malgré une folle entame où les deux équipes ont marqué dans les quatre premières minutes, le rythme est vite retombé. Mais Modric n'a pas transformé son penalty-balle de match, la faute à un Schmeichel excellent dans l'exercice.

Ces exécutions ont eu lieu par pendaison à la prison de Nassiriya, dans le sud de l'Irak. Le Belge Tarik Jadaoun, qui avait rejoint l'EI en 2014 sous le nom de guerre d'Abou Hamza al-Belgiki, a été condamné à mort en Irak en mai dernier et y est détenu. Sur une photo publiée par le ministère de la Justice, des hommes apparaissent assis au sol avant l'exécution, les yeux bandés et les mains menottées. Les prisons du pays comptent aujourd'hui environ 300 condamnés à mort pour leur appartenance à Daesh, tandis que 300 autres sont condamnés à la prison à perpétuité. La plupart des personnes condamnées sont Turques ou originaires des anciennes républiques de l'Union soviétique.

La vidéo diffusée samedi par l'organe de propagande de Daesh, Amaq, constitue le premier chantage public des jihadistes sur les autorités depuis que les forces irakiennes ont chassé Daesh de toutes ses places fortes.

Cette découverte a suscité d'autant plus d'indignation que, dans la nuit de lundi à mardi, les familles des six personnes apparues sur la vidéo de Daech avaient été informées de leur libération par les forces armées.

Exécution de 12