Samedi, 21 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Présidentielle en Colombie: duel droite/gauche, la paix en toile de fond

Présidentielle en Colombie: duel droite/gauche, la paix en toile de fond

22 Juin 2018

Que ce soit Ivan Duque, candidat du Centre démocratique, le parti de l'ancien président Alvaro Uribe, classé à droite, voire à l'extrême droite, ou Gustavo Petro, classé à gauche, qui gagne demain, la situation sera plus que délicate pour le nouveau président.

Bien que Gustavo Petro ait obtenu la majorité dans seulement neuf provinces sur 32, et notamment à Bogota, la capitale, le fait qu'un candidat de la gauche radicale ait accédé au second tour et remporté huit millions de voix - Ivan Duque en a obtenu 10,3 millions - est inédit en Colombie où la vie politique est traditionnellement dominée par les conservateurs. Au pouvoir depuis 2010, il a été l'artisan d'un accord qui lui a valu le Prix Nobel de la paix, mais aussi une impopularité record de 80 % dans ce pays de 49 millions d'habitants. Gustavo Petro veut le poursuivre; Ivan Duque compte durcir la position gouvernementale.

Elle endure la violence de groupes armés qui se disputent le trafic de drogue dans les anciens fiefs de l'ex-guérilla.

La droite y règne depuis toujours.

Farouche opposant à l'accord de paix, Ivan Duque ne s'est pas imposé d'entrée de jeu comme par le passé son mentor Alvaro Uribe, dont il se défend d'être la marionnette.

"Nous demandons à Dieu et au peuple colombien de nous donner la victoire pour transformer le pays", avait-il lancé dimanche matin, réitérant sa volonté de défendre la liberté d'entreprendre pour relancer la 4e économie d'Amérique latine.

Une journaliste colombienne se fait embrasser et attraper la poitrine en direct
Sur son compte Instagram , elle explique: "J'étais là pendant deux heures pour préparer mon direct et rien ne m'est arrivé. Nous sommes tout aussi professionnelles et méritantes que vous", assène la reporter colombienne.

La gauche colombienne, divisée, a pâti de la présence des guérillas.

"L'une des grandes inconnues va être ce qui va se passer avec le processus de paix", a déclaré à l'AFP l'analyste Yann Basset, de l'Université du Rosario. Certains commentateurs l'ont comparé à l'ancien président socialiste vénézuélien Hugo Chavez.

Les deux adversaires du jour étaient également opposés sur le dialogue avec l'Armée de libération nationale (ELN), dernière guérilla du pays, en cessez-le-feu pour le scrutin.

Si Ivan Duque l'emporte, il aura un soutien important au Congrès, où la droite s'est imposée aux législatives de mars.

Pour sa part, la Farc n'avait même pas atteint les 0,5% de voix nécessaires pour dépasser les dix sièges parlementaires octroyés par l'accord.

Clore définitivement le chapitre d'une guerre fratricide, qui a fait au moins 8 millions de victimes entre morts, disparus et déplacés, sera la tâche fondamentale du futur président, intronisé le 7 août.

Présidentielle en Colombie: duel droite/gauche, la paix en toile de fond