Samedi, 21 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Mort de Naomi Musenga : le Samu de Strasbourg accablé par un rapport

Mort de Naomi Musenga : le Samu de Strasbourg accablé par un rapport

20 Juin 2018

Selon l'enquête de l'Inspection générale des affaires sociales, la procédure de régulation générale établie par le Samu de Strasbourg n'était "pas conforme aux recommandations de bonnes pratiques et source de risque pour les patients".

Les réponses " non adaptées de l'assistante de régulation médicale (ARM) ", qui n'avait pas pris l'appel de la jeune femme au sérieux, sont aussi mises en cause par l'Inspection générale des affaires sociales, car elles ont " conduit à un retard global de prise en charge de près de 2 h 20 ".

Ainsi, "le non-respect de la procédure interne de régulation" par l'opératrice, "à deux reprises, a conduit à un retard de prise en charge adaptée de deux heures dix-neuf", indiquent-ils.

"Alors que tout appel à caractère médical devrait être 'régulé' par un médecin, la procédure en vigueur au Samu de Strasbourg permettait aux assistants de régulation médicale, dans certains cas, de traiter seuls ce type d'appels", notamment dans les cas ou l'ARM jugeait qu'il n'y avait pas d'urgence vitale "avérée ou potentielle ou de besoin de réponse médicale immédiate", observent les inspecteurs de l'Igas dans ce rapport.

Naomi Musenga est décédée le 29 décembre après qu'une opératrice du SAMU (services de secours français) avait répondu à son appel de détresse par des railleries et l'avait invitée à contacter SOS Médecins, ce qui avait retardé l'intervention des secours. "De manière similaire au premier appel", la même assistante de régulation conseille d'appeler SOS médecins et ne recherche pas " les informations qui auraient permis de préciser l'état clinique de la patiente", bien que le ton soit plus approprié. Le transfert de l'appel entre l'opératrice des pompiers et sa collègue du Samu s'était déjà "fait sur un ton moqueur", relève encore l'Igas.

Les Etats-Unis quittent le Conseil des droits de l'Homme — ONU
Bush, ils avaient boycotté le CDH dès sa création, avant de le rejoindre sous l'administration du démocrate Barack Obama. Ils avaient aussi demandé un renforcement du processus de sélection des Etats membres.

Enfin, l'hôpital s'engage par ailleurs à mettre en œuvre " sans délai " toutes les recommandations formulées par les inspecteurs.

Révélée début mai par l'hebdomadaire alsacien Heb'di qui avait mis en ligne sur son site l'enregistrement de l'appel, l'affaire avait provoqué une vague d'indignation.

Une semaine plus tard, un millier de personnes avaient défilé en silence à Strasbourg pour rendre hommage à la jeune femme et réclamer "justice et vérité".

La ministre a également demandé aux urgentistes de lui faire des propositions d'ici le 1er juillet pour "améliorer les pratiques" dans trois domaines: la formation des assistants de régulation, la refonte et l'harmonisation des procédures du Samu au niveau national et l'instauration d'une "démarche qualité".

Mort de Naomi Musenga : le Samu de Strasbourg accablé par un rapport