Jeudi, 16 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » La France rend possible une plus grande privatisation d'Engie

La France rend possible une plus grande privatisation d'Engie

14 Juin 2018

Dans le cas d'Engie, la limite fixée par la loi est d'un tiers. En raison de ce changement législatif et de l'expropriation des actifs d'ADP, l'Etat va devoir indemniser le groupe, "ce qui sera évidemment fait", a indiqué un porte-parole à Bercy à l'agence Agefi-Dow Jones.

L'Etat va-t-il privatiser en partie la Française des jeux, les Aéroports de Paris (ADP) et Engie?

Ce n'était plus vraiment un secret, mais le gouvernement a confirmé ce mardi 12 juin avoir donné son feu vert à des cessions d'actifs dans la Française des jeux (FDJ), Aéroports de Paris (ADP) et Engie, en intégrant dans la future loi Pacte (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) des mesures ouvrant la voie à ces privatisations.

La loi oblige actuellement l'Etat à détenir 33 % du capital ou des droits de vote d'Engie et 50 % du capital d'ADP.

L'examen du texte devrait débuter "au mois de septembre", selon le ministère qui table sur une adoption début 2019, ce qui signifie que les cessions d'actifs n'interviendront pas avant cette date.

L'actrice Angelina Jolie devra laisser Brad Pitt voir leurs enfants plus souvent
L'actrice conserve cependant la garde des enfants, mais elle a été prévenue que la situation pouvait évoluer. La Cour a également transmis aux deux parties un planning pour la garde des enfants pendant l'été.

Pour l'opérateur de loterie, l'Etat détient actuellement 72% du capital. "Ce contrat qui sera conclu tous les cinq ans fixera en particulier le niveau des redevances aéroportuaires. Nous voulons donc que ces cessions de participations permettent aussi d'accélérer le désendettement de l'Etat", a encore précisé Bruno Le Maire aux Echos.

Pour la Française des Jeux, l'Etat pourrait, selon des sources à Bercy, conserver "un certain niveau" de participation, pour se conformer à la réglementation européenne qui impose un contrôle étroit sur les entreprises exploitant des jeux en monopole.

Bercy prévoit également de renforcer la régulation du secteur, soit par la création "d'une autorité indépendante", soit par "l'utilisation d'une autorité existante".

Pour ce qui est du fond pour l'innovation, le processus est déjà acté.

Ce fonds comprenait 1,6 milliard d'euros issus des ventes de titres Engie et Renault tandis qu'en parallèle, 8,4 milliards d'euros de titres EDF et Thales, restant propriété de l'Etat, avaient été mobilisés. Les dividendes générés par les actifs qui la composent - entre 200 et 300 millions d'euros par an - seront notamment consacrés au financement de l'innovation de rupture.

La France rend possible une plus grande privatisation d'Engie