Jeudi, 16 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » États-Unis. Recoller les documents déchirés par Trump, la corvée des archivistes

États-Unis. Recoller les documents déchirés par Trump, la corvée des archivistes

13 Juin 2018

Bien curieuse habitude que celle de Donald Trump: dans un article du site américain Politico repris par le HuffPost, on apprend que l'actuel résident à la Maison Blanche a la fâcheuse tendance à déchirer les documents " quand il n'en a plus besoin" ...

Voilà trente ans que Solomon travaillait pour le compte du gouvernement américain dans le Old Executive Office qui jouxte la Maison-Blanche, mais il n'a tenu que cinq mois sous Trump. La réponse est oui: car depuis 1981, la loi américaine prévoit que tout document consulté par le président américain - lettres, courriels, briefing s- soit conservé et envoyé aux Archives nationales. D'après les témoignages d'anciens employés de la Maison Blanche (et relayé par le média américain Politico), il y aurait toute une brigade de fonctionnaires chargés de reconstituer les documents déchirés par le Président Américain.

En vingt ans de service, Reginald Young, un autre ancien employé du département des archives congédié en avril, confie qu'il "n'avait encore jamais vu une telle pratique". Il s'agirait plutôt d'une vieille habitude chez l'homme d'affaires, un "système d'archivage" à sa manière.

Mais la manie de Donald Trump de déchirer les documents qu'il vient de lire, "parfois juste en deux mais d'autres en morceaux si petits qu'ils ressemblaient à des confettis", a largement compliqué la tâche des archivistes dès son arrivée à la Maison Blanche, en janvier 2017.

Robert de Niro insulte Trump aux Tony awards(Vidéos)
Robert de Niro s'est fendu d'un " Fuck Trump " hier soir aux Tony Awards , la plus prestigieuse cérémonie de récompenses du théâtre américain.

D'après Politico, Donald Trump n'agirait pas ainsi pour faire disparaître des documents.

Tout le bureau chargé des registres devait alors scotcher les documents, a-t-il expliqué à Politico.

"J'ai regardé mon supérieur et je lui ai dit: 'Vous êtes sérieux?' Nous gagnons 60.000$ par année, on a des choses plus importantes à faire". Et de conclure: "J'avais l'impression de faire le travail le plus ingrat qu'on aurait pu me demander à moins de devoir vider les poubelles".

États-Unis. Recoller les documents déchirés par Trump, la corvée des archivistes