Mardi, 11 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Blocage prévu le 10 juin prochain — Carburant

Blocage prévu le 10 juin prochain — Carburant

11 Juin 2018

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a jugé lundi illégal le blocage de raffineries entamé dimanche par des agriculteurs pour protester contre l'importation de produits agricoles ne respectant pas les mêmes normes qu'eux.

Officiellement, 13 sites seront bloqués à Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville l'Orcher, Dunkerque (Nord), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Grandpuits (Seine-et-Marne), Vatry (Marne), Strasbourg, Cournon (Puy-de-Dôme), Lyon et Feyzin (Rhône), La Mède (Bouches-du-Rhône) et Toulouse.

La FNSEA, premier syndicat agricole, appelle à bloquer 13 raffineries à partir de lundi matin à travers la France.

Vous avez aimé cet article?

Damien Greffin, le président de la FDSEA Île-de-France, est sur la même ligne: "On peut imposer des normes aux agriculteurs en France, mais il faut aussi les imposer aux produits qu'on est capable d'importer".

Le mouvement pourrait toutefois être reconduit et conduire ensuite à des difficultés d'approvisionnement en carburant.

Le cortège de Kim Jong-un "parade" à Singapour (vidéo)
La détente amorcée en janvier fascine en effet les Nord-Coréens. "Un avenir meilleur est possible pour la Corée du Nord", a-t-il tweeté.

Les organisations dénoncent les "incohérences" du gouvernement, qui incite les agriculteurs français à monter en gamme, tout en concluant des accords de commerce internationaux qui provoquent des distorsions de concurrence. "N'importons pas l'agriculture que nous ne voulons pas!", est le slogan que les agriculteurs en colère rappellent dans leurs tweets, autour du mot-clé #SauvezLesAgris. De plus, l'État dispose de stocks stratégiques pour trois mois. La région Grand Est étant "un gros producteur de colza et de betterave (deux biocarburants), on fragilise nos outils, on casse cette filière avec beaucoup d'emplois", a-t-il regretté. Un choix plus avantageux sur le plan économique pour Total, le colza étant environ 25 % plus cher que l'huile de palme. Jusqu'à 300 000 tonnes par an d'huile de palme, produit hautement controversé car accusé de favoriser la déforestation en Asie du Sud-Est, doivent être importées pour alimenter la bioraffinerie de La Mède dès cet été.

" C'est la goutte d'huile de palme qui fait déborder la coupe des problèmes des paysans ", a résumé Pierre Lebaillif, président des JA de Normandie, interrogé par l'AFP".

Cette raffinerie est "issue d'un accord signé entre le précédent gouvernement et Total".

Insuffisant pour la FNSEA qui demande que soit réintroduit dans la loi Alimentation, examinée à partir du 26 juin au Sénat, un amendement sur l'interdiction d'importer toute denrée produite en utilisant des substances phytosanitaires interdites dans l'Union européenne.

Le mouvement des agriculteurs est observé avec intérêt par les associations environnementales, d'ordinaire opposées à la FNSEA dans les dossiers phytosanitaires. Le syndicat souhaite aussi que le gouvernement "renonce à son contingent d'importation d'huile de palme", et réclame un allègement du coût du travail salarié de saisonniers, qui est "27% plus élevé que la moyenne européenne". La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs seront reçus mardi par le ministre de l'agriculture.

Blocage prévu le 10 juin prochain — Carburant