Vendredi, 22 Juin 2018
Dernières nouvelles
Principale » 17 familles de victimes du Bataclan attaquent l'Etat

17 familles de victimes du Bataclan attaquent l'Etat

11 Juin 2018

Le Parisien précise également que les policiers qui sont entrés dans le Bataclan, armés d'armes de moindre portée, ont demandé aux militaires de leur prêter leurs Famas pour faire face aux terroristes armés de kalachnikov.

Deux ans et demi après les attentats de novembre 2015, des familles de victimes sont en colère. En 2016, Gérard Chemla, avocat pénaliste à Reims, avait déjà fait une demande d'acte aux juges d'instruction "pour qu'ils enquêtent sur la non autorisation aux militaires de donner leur arme". A l'AFP, l'une des avocates a expliqué que ces dernières " ne comprennent toujours pas pourquoi on a empêché, sur ordre, huit militaires de l'opération Sentinelle présents devant le Bataclan d'intervenir ".

Le PSG échappe au pire — Fair-play financier
L'Instance de contrôle financier des clubs (ICFC), réunie vendredi, a décidé de ne pas exclure le PSG de la Ligue des Champions. Comme déjà annoncé, les dirigeants du Paris Saint-Germain seront informés mardi au plus tard de cette décision.

"On leur a interdit une intervention physique, c'est-à-dire de rentrer (dans le Bataclan), mais aussi le prêt de matériel médical de premiers secours à des policiers", a-t-elle affirmé, estimant qu'"on n'aurait peut-être pas empêché la mort de 90 personnes mais au moins évité des hémorragies qui ont donné la mort". "Clairement, un ordre a été donné aux soldats Sentinelle de ne pas engager le feu alors qu'ils avaient en ligne de mire des terroristes", explique ce dernier, confessant ne pas savoir qui avait donné l'ordre de ne pas intervenir. "En audition devant la commission parlementaire, le ministre de la Défense de l'époque, Jean-Yves Le Drian, avait rappelé que les unités de Sentinelle dépendaient de l'autorité du Préfet de police". Et reprendre le cours de sa vie est d'autant plus épineux lorsque les réponses peinent à surgir. Selon les avocats qui se sont exprimés dans un communiqué, "aussi froide et violente qu'inacceptable: 'il est impensable de mettre des soldats en danger dans l'espoir hypothétique de sauver d'autres personnes' ". "C'est inaudible, et moralement criminel ", a ajouté Océane Bimbeau: " On sait que ce sont dans les dix premières minutes qu'il y a eu le plus grand nombre de victimes ".

17 familles de victimes du Bataclan attaquent l'Etat