Mardi, 11 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Un ado victime d'un complot "machiavélique" impliquant sa copine

Un ado victime d'un complot "machiavélique" impliquant sa copine

07 Juin 2018

Kévin, décrit comme excellent élève de terminale S et populaire, a vraisemblablement été la victime d'un piège élaboré par sa petite-amie O.et un jeune du même âge, A., qu'il connaissait. Ce mercredi soir, le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, a confirmé le scénario qui se dessinait.

Habillé en treillis, il se jette sur Kevin et lui assène une vingtaine de coups de couteau.

"Si la participation du jeune garçon semble relativement cernée, celle de la jeune fille et son rôle méritent d'être encore largement précisés", a ajouté le procureur, soulignant que l'instruction devrait affiner leur rôle et profil psychologique.

Mais voilà, l'Union précise que les caractéristiques physiques du suspect n'ont rien à voir avec le portrait-robot initial décrivant un jeune homme "basané". Mais son portrait-robot erroné, des déclarations incohérentes, et des indices troublants conduisent finalement à un virage dans l'enquête, et à la mise en examen de la jeune femme et de l'agresseur présumé, qui lui est familier.

"Il a confirmé sa confiance à Deschamps", dit Flessel — Macron à Clairefontaine
Accueilli par le sélectionneur Didier Deschamps et le capitaine Hugo Lloris, il a loué la jeunesse et le collectif des Bleus . Restez unis, ayez toujours le sens de l'effort car c'est cela qui vous a emmener en Equipe de France et ayez confiance.

Sur les réseaux sociaux, les éléments sont également troublants. Les deux adolescents avaient préparé leur coup et volontairement "brouillé les pistes", a-t-il encore expliqué. Selon Le Parisien, A. était en fait l'ancien petit-ami de O.et voulait la reconquérir.

Malgré la mobilisation d'une cinquantaine de militaires, il aura donc fallu attendre lundi et la reprise des cours pour qu'un camarade de l'agresseur remarque les blessures de celui-ci, permettant aux gendarmes de réorienter l'enquête.

La petite amie de Kevin, témoin-clé de la scène, indique dans sa première déclaration que l'altercation a démarré lorsque l'individu a tenté de lui voler son sac à main. "D'après son entourage, il aurait pu décrocher la lune et les étoiles pour elle" mais "l'ambivalence de cette relation est sans doute un des sujets essentiels du dossier", a concédé le procureur, soulignant qu'en garde à vue l'adolescente a nié toute implication. En début de semaine, les enquêteurs se sont rendus au domicile du rival, y trouvant l'arme du crime et des vêtements couverts de sang, portant notamment des traces ADN de Kevin, dont il a avoué le meurtre. Sa devise sur Instagram était: "Faites la guerre pas l'amour". La jeune fille est elle décrite comme "un peu instable" mais "sans méchanceté".

Kévin, 17 ans, a été retrouvé mort poignardé samedi dans un parc de la ville de la Marne.

Un ado victime d'un complot