Vendredi, 16 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Le téléphone portable bientôt interdit aux enseignants à l'école ?

Le téléphone portable bientôt interdit aux enseignants à l'école ?

07 Juin 2018

Alors que la proposition de loi portée par le groupe La République en Marche sera discutée ce jeudi 7 juin, un groupe de députés LaREM veut aller encore plus loin: ils ont déposé un amendement afin d'étendre l'interdiction à l'ensemble de la "communauté éducative", c'est-à-dire, entre autres, les enseignants et les surveillants, selon BFMTV. Une mesure défendue par le gouvernement comme " un signal à la société ".

"Etre ouvert aux technologies du futur ne signifie pas que nous devons les accepter dans tous les usages", a-t-il défendu, ajoutant que "les mauvais usages nous ne les connaissons malheureusement que trop", cyber-harcèlement, consultation de sites pornographiques, addiction aux écrans.

Le code de l'éducation interdit déjà, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables "durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur". Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, cette proposition a été reprise par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pour "lutter contre la détérioration du climat scolaire", comme l'expliquait à LCP la rapporteure du texte, Cathy Racon-Bouzon. Et cette interdiction ne se limite pas aux seuls élèves.

Le texte prévoit d'interdire l'usage de tout objet connecté, dans les écoles et collèges, avec des exceptions " pour des usages pédagogiques " ou les enfants handicapés.

Démarrage du premier réacteur EPR au monde en Chine
Pour mémoire, comme tous les autres EPR, ceux construits en Chine ont eux aussi accumulé les retards. " L'EPR de Taishan vient d'avoir sa première réaction en chaîne et donc de démarrer ".

" Nous passons d'un principe d'autorisation, sauf là où c'est interdit, à un principe d'interdiction ", a résumé le président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation Bruno Studer (LRM) et ancien professeur d'histoire-géographie.

Mais, à l'exception de l'UDI-Agir, tous les groupes d'opposition sont montés au créneau contre un texte revenant, à leurs yeux, à " enfoncer des portes ouvertes ".

Michèle Victory (PS) a épinglé un "changement purement cosmétique" et "inutile" tandis que mes Insoumis Alexis Corbière et Sabine Rubin dénonçaient une mesure "gadget", "de communication".