Mardi, 11 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Hôpitaux: l'infection nosocomiale touche un malade sur vingt en France

Hôpitaux: l'infection nosocomiale touche un malade sur vingt en France

07 Juin 2018

Les infections nosocomiales touchent aujourd'hui 1 patient sur 20 en France. Les trois quarts d'entre elles surviennent sur le site où l'infection est identifiée, le dernier quart étant "importé d'un autre établissement".

"Il y a une grosse moitié des infections qui sont évitables et une partie, liée à l'état du patient, où l'on n'évitera pas l'infection", souligne Alain-Michel Ceretti, fondateur de l'association Le Lien (Lutte Information Études des Infections Nosocomiales). Les infections nosocomiales (associées au soin) sont ainsi davantage constatées dans les services de réanimation (1 patient sur 4 est infecté), au sein desquels les patients sont plus vulnérables et exposés à des dispositifs invasifs (cathéter, assistance respiratoire, sonde urinaire). "Toutes n'ont pas le même degré de gravité", note le rapport. "Les infections urinaires très fréquentes sont le plus souvent anodines malgré la gêne occasionnée".

Le " pilotage " des missions de prévention et de surveillance a été confié à Santé Publique France pour améliorer la lutte contre les infections nosocomiales qui seraient la cause directe de 4000 décès chaque année en France. Elle concerne des interventions telles que la chirurgie orthopédique (prothèse du genou) ou encore la chirurgie des varices des membres inférieurs.

Roland Garros : Caroline Garcia éliminée
Double finaliste sur l'ocre parisien (2014, 2017), Halep est à la recherche de son premier titre en Grand Chelem. Un match bien plus fluide que celui qui l'avait opposé à la Chinoise Shuai Peng pour accéder au troisième tour .

Les quatre micro-organismes le plus fréquemment identifiés sont Escherichia coli (23,59 % vs 26 % en 2012), Staphylococcus aureus (13,83 vs 15,9 en 2012), Enterococcus faecalis (6,5 % vs 4,6 % en 2012) et Pseudomonas aeruginosa (6,28 % vs 8,4 % en 2012), qui représentent, à eux seuls, plus de la moitié des micro-organismes isolés dans le cas d'IN.

"Il faut désormais continuer les efforts pour réduire la proportion de ces infections", affirme le Dr Anne Berger-Carbonne. Le Dr Bruno Coignard, directeur de la section "maladies infectieuses" à Santé publique France rappelle: "Le risque zéro n'existe pas". La prochaine enquête nationale sera menée dans cinq ans.

Hôpitaux: l'infection nosocomiale touche un malade sur vingt en France