Samedi, 22 Septembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Aléna: Trudeau réitère sa détermination à conclure un accord trilatéral

Aléna: Trudeau réitère sa détermination à conclure un accord trilatéral

07 Juin 2018

Trudeau et Macron devaient tenir mercredi soir un entretien élargi avec cinq ministres, puis retrouver leurs épouses Brigitte Macron et Sophie Grégoire Trudeau pour un dîner privé dans un chalet au bord d'un lac.

Malgré les efforts déployés par le G7 pour dissuader l'administration Trump de faire cavalier seul, certains analystes se demandent maintenant si Washington reste vraiment attaché aux fondements du système économique international mis en place après la Seconde Guerre mondiale ou s'il ne va pas franchir définitivement le Rubicon commercial.

Alors que l'Europe, le Mexique et le Canada avaient été exemptés dans un premier temps, ils ont finalement été ajoutés à la liste de pays dont les exportations d'acier et d'aluminium aux États-Unis sont surtaxées.

Depuis vendredi, Européens et Canadiens ont durci le ton face à Washington, et M. Trudeau aura l'occasion de revenir sur ce sujet avec le président français Emmanuel Macron, attendu mercredi au Parlement d'Ottawa.

Emmanuel Macron, lui, a déjà passé un coup de fil à Donald Trump qui aurait été "terrible" selon CNN.

Gasquet attend Nadal au 3e tour — Roland-Garros
Porte d'Auteuil , les deux joueurs - qui n'ont que quinze jours de différence - ne se sont rencontrés qu'une fois, en 2005 . Sans quitter sa combinaison intégrale noire à la ceinture rose qui fait tant parler depuis le début de la quinzaine.

Justin Trudeau avait lui aussi joué la carte de la cordialité avec son grand voisin et assurait en mars que le président américain lui avait promis d'épargner les Canadiens. "Cela n'enlève rien à l'amitié que nous avons l'un pour l'autre et à l'amitié qui lie nos deux pays", a-t-il souligné. Justin Trudeau a néanmoins annoncé l'imposition de taxes de 16,6 milliards de dollars canadiens sur quelques produits américains.

Le président français se rendra jeudi à Montréal pour rencontrer le Premier ministre québécois Philippe Couillard, avec qui il devrait notamment parler francophonie, intelligence artificielle et échanges commerciaux et culturels. Il poursuivra ensuite vers La Malbaie, petite ville à 140 km de Québec surplombant le fleuve Saint-Laurent, où se déroule vendredi et samedi, dans un grand hôtel ultra-sécurisé, le sommet des sept pays les plus industrialisés (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon).

Les discussions porteront, entre autres, sur la croissance inclusive, l'avenir du travail et du commerce, la paix et la sécurité, l'égalité femmes-hommes et le changement climatique.

Le conflit commercial précédemment évoqué fait également partie des difficultés auxquelles les chefs d'états devront se confronter car cette tension agit sur le jeu des négociations et pourrait compromettre la bonne mise en œuvre d'un communiqué consensuel et final, en raison des divergences mercantiles, entretenues et accentuées par le protectionniste Oncle Sam.

Les Européens sont également irrités et inquiets de la décision américaine de sortir de l'accord sur le nucléaire iranien, en faisant pression sur leurs entreprises pour qu'elles quittent l'Iran, comme vient de le décider PSA.

Aléna: Trudeau réitère sa détermination à conclure un accord trilatéral