Vendredi, 25 Mai 2018
Dernières nouvelles
Principale » Les radars embarqués gérés par le privé embarrassent Beauvau

Les radars embarqués gérés par le privé embarrassent Beauvau

16 Mai 2018

Des flashs illégaux? D'après des révélations du Canard Enchaîné, confier à des sociétés privées la conduite de voitures équipées de radars embarqués ne serait pas inscrite dans la loi française et donc d'une légalité "hautement contestable".

Le PSG veut mise 100 millions sur Sergej Milinkovic-Savic
Une piste couteuse, mais l'ancien joueur de Genk figurerait bel et bien dans les petits papiers du club de la Capitale. Ce qui pourrait évidemment poser problème si le PSG venait a être sanctionné par l'UEFA.

Parmi les arguments que développe la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques dans cette note figure celui-ci: en utilisant du matériel "mis à disposition par l'Etat", ces entreprises pourraient voir les contrats passés avec l'Etat être requalifiés "en prêt de main-d'oeuvre illicite au sens de l'article L8241-1 du Code du travail". La note en rajoute une couche en stipulant "l'impossibilité de vérifier la moralité des agents mettant en œuvre ces missions". D'après le Canard Enchaîné, et plusieurs avocats contactés par RMC, ça n'est pas le cas. Une révélation qui suscite la colère de l'association "40 millions d'automobilistes" et de la Fédération française des motards qui réclament la suspension de la privatisation des voitures-radars. La chasse au profit est lancée, avec les usagers de la route en guise de gibier. "Et que la Sécurité routière entend poursuivre le processus de généralisation de la privatisation à tout le territoire français en ignorant purement et simplement les remarques du ministère de l'Intérieur, dont elle dépend!" Avec la privatisation des voitures-radars, on parle de centaines de millions d'euros issus des amendes pour infraction à la vitesse, peut-être collectés en infraction à la loi française " explique France Wolf, co-coordinatrice de la FFMC. "La hausse de la fiscalité sur les carburants, la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h, et maintenant la potentiellement illégale privatisation des radars-embarqués".

Les radars embarqués gérés par le privé embarrassent Beauvau