Lundi, 16 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Les avocats des parents demandent de nouvelles mises en examen — Affaire Grégory

Les avocats des parents demandent de nouvelles mises en examen — Affaire Grégory

16 Mai 2018

Nouvelle démonstration mercredi dans l'affaire Grégory avec l'annulation des mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob, Marcel et Jacqueline. Un espoir aujourd'hui brisé.

L'avocat de Marcel Jacob, Me Stéphane Giuranna, a estimé que les époux Jacob n'avaient "plus rien à faire" dans le dossier de l'affaire Grégory après l'annulation mercredi de leurs mises en examen.

La mère de Grégory, Christine Villemin, à son tour soupçonnée du crime et inculpée, a été innocentée en 1993 par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon devant laquelle l'affaire avait été dépaysée.

"C'est une très belle victoire pour nous", s'est toutefois félicité l'un des conseils de Mme Bolle, Me Christophe Ballorin, en y voyant une preuve de l'innocence de son client. Sa mise en examen tombe, son contrôle judiciaire également. Pour eux, elle ne remet pas en cause le bien-fondé des (ex)-mises en examen des trois anciens suspects. Une erreur sanctionnée dans un dossier tentaculaire. La chambre de l'instruction a considéré "qu'il n'y avait pas d'indice grave et concordant laissant à penser qu'elle ait pu participer à l'infraction qui lui est reprochée", a précisé Me Ballorin. C'est la thèse qui avait conduit, il y a un an, à la mise en examen de Murielle Bolle pour "enlèvement suivi de mort", et des époux Jacob - le grand-oncle et la grand-tante de Grégory, pour "enlèvement, séquestration et détention suivie de mort".

Les contrôles judiciaires qui pesaient sur les trois inculpés ont été simultanément levés par la chambre de l'instruction de Dijon (est), ont indiqué les avocats.

Les inculpations de trois suspects annulées
Grégory : pourquoi Murielle Bolle et les époux Jacob ne sont pas forcément tirés d'affaire

"Avec une autre composition, la décision a été toute autre", a ajouté l'avocat, en rappelant que la chambre de l'instruction de Dijon est présidée depuis fin 2017 par Dominique Brault, l'ancienne présidente Claire Barbier se consacrant désormais exclusivement à l'instruction de l'affaire.

"L'affaire Grégory n'est pas terminée". Puis que Marcel et Jacqueline Jacob avaient pris le relais. "Il est souhaitable qu'elle ne se termine que lorsqu'on connaîtra le coupable", a-t-il poursuivi. A l'automne 1984, celle qui était alors âgée de 15 ans avait accusé son beau-frère Bernard Laroche, lors d'une garde à vue devant les gendarmes, d'avoir enlevé Grégory, avant de se rétracter.

" Jean-Marie et Christine Villemin ne cesseront jamais de rechercher la vérité sur l'assassinat de leur enfant Grégory", selon Mes Thierry Moser, François Saint-Pierre et Marie-Christine Chastant-Morand cités par Le Parisien.

Les deux septuagénaires Jacqueline et Marcel Jacob étaient quant à eux soupçonnés d'avoir été les "corbeaux " de l'affaire, à l'origine de plusieurs lettres anonymes bien renseignées et d'être aussi impliqués dans l'enlèvement et la mort du garçon dans le cadre d'un "acte collectif ".

Voiture sans conducteur : la France passe la seconde à partir de 2019
Dans le même temps, certaines start-ups comme Navya, Valeo ou Faurecia travaillent sur des projets similaires. Renault prévoit quant à lui la commercialisation de 15 voitures semi-autonomes d'ici 2022.

Les avocats des parents demandent de nouvelles mises en examen — Affaire Grégory