Среда, 19 Сентября 2018
Dernières nouvelles
Principale » Lars von Trier: "J'aurais fait un grand serial killer"

Lars von Trier: "J'aurais fait un grand serial killer"

16 Мая 2018

Le réalisateur, qui était devenu persona non grata au Festival de Cannes 2011 suite à des propos tendancieux, est revenu cette année présenter son dernier film.

Présenté hors compétition en deuxième partie de soirée -avec la mention explicite "scènes violentes" sur les tickets d'entrée- "The House that Jack Built", film de plus de 2h30 avec Matt Dillon en serial killer, a vu sa projection ponctuée de cris d'horreur ou de dégoût devant certaines images particulièrement choquantes, certains spectateurs se cachant les yeux pour ne pas les voir. Il considère chaque meurtre comme une œuvre d'art en soi.

La dernière fois qu'il était venu à Cannes en 2011, Lars von Trier avait fait beaucoup de bruit en ironisant sur une "sympathie" de sa part pour Adolf Hitler. Tout au long du film, nous découvrons les descriptions de Jack sur sa situation personnelle, ses problèmes et ses pensées à travers sa conversation avec un inconnu, Verge.

Читайте также: La Fiat 500 franchit la barre des 2 millions d'exemplaires produits

Cannes, France | AFP | lundi 13/05/2018 - Sept ans après avoir provoqué un des plus gros scandales du Festival de Cannes, Lars von Trier est de retour lundi sur la Croisette où il revient par la petite porte avec "The House that Jack Built". Rendu au départ ridicule par ses troubles obsessionnels compulsifs et son obsession du nettoyage, qui suscitent même le rire, Jack sillonne les routes dans sa camionnette, le tout sur fond de musique entraînante, de "Fame" de David Bowie à "Hit the Road Jack".

Le cinéma de Lars von Trier peut être qualifié de radical, et le danois ne s'en est jamais défendu. Aucune conférence de presse n'est prévue, même si le réalisateur devrait donner a priori des interviews mardi. Sur le plan formel, Lars von Trier et son chef opérateur Manuel Alberto Claro osent des plans numériques d'une "laideur" assumée, notamment dans un épilogue qui rappelle le "Faust" d'Aleksandr Sokourov. "Je n'ai jamais tué personne, mais si je devais le faire, ce serait un journaliste", a-t-il conclu, sirotant une bière dans une villa cannoise, devant un groupe de journalistes.

Il a récemment également été visé par des accusations de harcèlement sexuel proférées par la chanteuse islandaise Björk, le premier rôle de "Dancer in the Dark".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Lars von Trier: