Mercredi, 1 Avril 2020
Dernières nouvelles
Principale » Pompeo hausse le ton face à l'Iran

Pompeo hausse le ton face à l'Iran

29 Avril 2018

Le nouveau Secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a, selon le New York Times, appelé l'Arabie Saoudite, où il a effectué hier une visite, de mettre fin au blocus imposé au Qatar.

Mike Pompeo a également affirmé que les Etats-Unis renonceraient à l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 si un accord n'est pas trouvé avec les partenaires européens pour l'améliorer et s'assurer que la république islamique ne puisse jamais se doter de l'arme nucléaire.

Le secrétaire d'État américain s'est entretenu dimanche avec le roi saoudien Salman, dont le pays, aux côtés du Bahreïn, de l'Égypte et des Émirats arabes unis, est empêtré dans une dispute avec le Qatar ayant mis à mal l'unité dans les pays arabes du Golfe et frustré les États-Unis alors que Washington tente de contrer l'influence de l'Iran.

Dans l'avion qui le menait d'Arabie saoudite en Israël, M. Pompeo est revenu sur le sujet en estimant que les pays du Golfe allaient trouver les moyens de se réconcilier.

M. Pompeo assure que le président américain n'a pas encore pris sa décision. "Nous espérons qu'ils règleront à leur façon leur différend entre eux", a ajouté M. Pompeo. Il est un marchand d'armes pour les rebelles houthis au Yémen. Il a engagé une intervention au Yémen contre les rebelles Houthis qui a fait près de 10 000 morts depuis 2015 et provoqué " la pire crise humanitaire du monde", selon l'ONU.

GP d'Azerbaïdjan / Libres 2 : Ricciardo passe devant, Vandoorne toujours 19e
A noter que Fernando Alonso, coéquipier de Vandoorne chez McLaren, a pris la 7e place (1:46.465). Déjà 19e de la 1ère séance, le Belge a réalisé à nouveau le 19e chrono cet après-midi.

En trois jours, M. Pompeo se rendra en Arabie saoudite, en Israël, deux opposants à l'Iran, ainsi qu'en Jordanie, pour discuter notamment de l'accord limitant le programme nucléaire iranien.

Cet ex-militaire de 54 ans, à la tête depuis janvier 2017 de l'agence de renseignement la plus puissante au monde et considéré comme un "faucon", a vu sa nomination confirmée par le Sénat, par 57 voix pour et 42 contre, après un difficile processus parlementaire.

M. Pompeo a par ailleurs expliqué qu'il avait aussi discuté de la possibilité de voir Ryad faire davantage pour soutenir les opérations antijihadistes dirigées par Washington en Syrie, comme le souhaite Donald Trump.

Jeudi, M. Trump a qualifié M. Pompeo d' "atout exceptionnel " pour les Etats-Unis à un " moment critique ".

Pompeo hausse le ton face à l'Iran