Mardi, 7 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Radars privés : déjà en circulation, où sont-ils ?

Radars privés : déjà en circulation, où sont-ils ?

20 Avril 2018

"On externalise la conduite du véhicule, il n'y a aucune prime au résultat", rassure Dominique Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière. À bord, se trouvera un chauffeur, généralement seul, et son radar.

Selon Le Parisien, la mesure sera adoptée "département après département" de sorte que "toute la France sera couverte mi-2019". L'objectif assigné aux sociétés privées sera en effet d'opérer 08H00 par jour, tous les jours, y compris les jours fériés et la nuit, alors que le temps d'utilisation quotidien de ces véhicules est aujourd'hui de 01H30, selon la délégation. Actuellement affectées aux gendarmes et aux policiers, ces voitures vont progressivement être transférées au privé, même si elles resteront propriété de l'État.

La Sécurité routière inaugure ce nouveau dispositif qui sera ensuite étendu région par région à l'ensemble du territoire. Cinq voitures équipés de radars (des Peugeot 308) ont été présentées à la presse.

Vers une candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone — Catalogne
A l'époque, Ciudadanos était arrivée en troisième position avec 11,05 % des voix. L'ancien premier ministre français Manuel Valls cherche à rebondir en politique.

En septembre la Sécurité routière avait annoncé les premières contraventions par voitures-radar privées pour fin 2017 mais ce lancement a dû être repoussé à la suite de "problèmes techniques", a indiqué M. Barbe au correspondant de l'AFP, sans plus de précisions. L'entrée en vigueur des radars embraqués dans de véhicules d'entreprises privées est censée doucher les ardeurs des habitués de vitesse illicite.

L'externalisation des contrôles de vitesse routiers avait également été critiquée en début d'année par l'association 40 millions d'automobilistes, qui avait estimé que cette "privatisation des radars embarqués " n'avait "d'autre but que de générer " d'importants revenus pour l'État, sans avoir "un quelconque effet positif sur la sécurité routière ".

Radars privés : déjà en circulation, où sont-ils ?