Jeudi, 26 Avril 2018
Dernières nouvelles
Principale » "Nous avions la pleine légitimité pour intervenir", assure Macron — Syrie

"Nous avions la pleine légitimité pour intervenir", assure Macron — Syrie

16 Avril 2018

Un responsable de l'institution de recherche scientifique syrienne qui a été frappée par un missile lors des frappes américaines a démenti que l'installation était en possession d'armes chimiques, affirmant que l'OIAC a inspecté ce centre en 2013. Le président français a révélé avoir convaincu Donald Trump à ne pas se désengager en Syrie ajoutant l'avoir également "persuadé qu'il fallait limiter ces frappes aux armes chimiques ": " Alors qu'il y avait un emballement par voie de tweet qui ne vous ont pas échappé ". "Il n'a pas d'états d'âme à la mettre dans l'embarras et à la compromettre davantage avec lui", souligne le géographe Fabrice Balanche. Cela à l'occasion d'un forum économique.

"L'opération n'en serait pas moins délicate". "Deraa est par ailleurs située non loin des frontières israélienne et jordanienne tandis que les forces turques disposent d'un poste d'observation dans la province d'Idleb". Merci à la France et au Royaume-Uni pour leur sagesse et leur pouvoir militaire.

"Le raid syrien a été si parfaitement exécuté, avec une telle précision, que la seule manière trouvée par les Médias Bidon pour le critiquer est mon emploi de l'expression 'Mission Accomplie'", a répondu dimanche Donald Trump, toujours sur Twitter, s'en prenant une fois de plus aux "Fake News Media", une de ses cibles préférées.

"Paris a pour sa part insisté hier sur la nécessité d'un dialogue avec Moscou". Moscou a notamment voté des résolutions pour permettre l'accès de l'aide humanitaire en Syrie et pour la mise en place de cessez-le-feu. "Ces dernières n'ont cependant jamais été respectées par le régime syrien".

"Ces frappes risquent d'envoyer à Assad le message suivant: +Tu n'a pas le droit de mener des attaques chimiques, mais tout le reste, c'est bon, vas-y+", estime-t-il.

Voici les trois binômes en lice pour la présidence de la CGEM
C'est le lundi 16 avril que le conseil d'administration de la CGEM doit valider les candidatures et les rendre officielles. Rappelons que le délai accordé pour le dépôt des dossiers de candidature s'est achevé ce vendredi 13 avril à midi.

Il est toutefois possible de douter de l'impact concret que pourraient avoir les déclarations françaises sur le Kremlin. "Désormais, les Occidentaux vont devoir capitaliser sur l'action diplomatique menée conjointement et visant à la résolution du conflit, avec comme horizon un régime représentatif de la volonté des Syriens et protecteur des minorités", estime M. Théron.

La Russie salue la coopération avec la Syrie.

La décision d'intervenir en Syrie, "la France l'a prise sur le principe dès dimanche" dernier du fait des premières traces d'utilisation d'armes chimiques.

Les experts sont partagés sur la stratégie du président américain en Syrie.

Le ministère turc des Affaires étrangères a "salué cette opération qui exprime la conscience que l'humanité a de l'attaque chimique à Douma, que le régime d'Assad est fortement soupçonné de perpétrer".