Jeudi, 26 Avril 2018
Dernières nouvelles
Principale » "Frappes en Syrie: "Washington " prêt à dégainer " à nouveau

"Frappes en Syrie: "Washington " prêt à dégainer " à nouveau

16 Avril 2018

A Damas, les frappes ont galvanisé les partisans du régime. Au lever du soleil, plusieurs dizaines d'entre eux se sont rassemblés sur l'emblématique place des Omeyyades, au son de klaxons et de musiques patriotiques, arborant des drapeaux syriens, chantant et dansant à la gloire de Bachar al-Assad. "L'histoire retiendra que la Syrie a abattu des missiles, mais pas seulement. Elle a abattu l'arrogance américaine", lançait fièrement Nedher Hammoud, 48 ans.

La ville de Douma, où se serait produite l'attaque aux gaz toxiques du 7 avril, est située dans la Ghouta orientale, une région aux portes de la capitale syrienne désormais "nettoyée" de tous ses rebelles, a annoncé l'armée syrienne samedi.

Damas, soutenu par son allié russe, a démenti avoir eu recours à des armes chimiques et accuse les rebelles de "fabrications" au sujet de l'attaque à Douma. Elle a été qualifiée de "fabrication" des rebelles par Damas et par la Russie.

Moscou estime que l'intervention tripartite sur les sites clandestins de fabrication d'armes chimiques est inopportune dans la mesure où l'Organisation pour l'interdiction des Armes Chimiques (OIAC) se trouve actuellement en Syrie pour mener une enquête sur l'utilisation présumée de ces armes contre les populations civiles.

Mais Bachar el-Assad va-t-il tenir compte de la punition qu'ont voulu lui infliger les Occidentaux et ralentir la cadence de ses opérations militaires?

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a aussi estimé qu'une "bonne partie de l'arsenal chimique " avait été "détruite ".

PSG: Berchiche trouve que "les adversaires ne sont pas assez forts"
Gérer tous les égos est un job très difficile pour l'entraîneur. " Unai Emery fait du bon boulot ". Éliminé prématurément de la Ligue des Champions, le PSG est sous le feu des critiques.

De son côté, la Ligue arabe tient son sommet annuel en Arabie Saoudite, pays qui a apporté son "plein soutien" aux frappes occidentales.

"Il faut avoir une cohérence dans l'action et un objectif, qui est de faire pression sur la Russie et l'Iran".

"L'OIAC a visité ce bâtiment de 2013 jusqu'à récemment et y a procédé à des inspections", a souligné aux journalistes, le directeur de l'Institut pour le développement des produits pharmaceutiques et chimiques, Saeed Saeed, après la frappe qui a détruit le bâtiment.

Ces frappes sont "justes et légales", a insisté la Première ministre britannique Theresa May, cible de critiques de partis d'opposition et d'ONG dans son pays.

Des manifestants pro-Assad et contre les frappes américaines dans les rues des Damas. "S'ils ne poursuivent pas les frappes, Assad ne va pas tomber et le régime va de nouveau utiliser la force contre nous".