Mardi, 11 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Attaque chimique : des preuves à l'épreuve

Attaque chimique : des preuves à l'épreuve

16 Avril 2018

Le Royaume du Maroc déplore la dégradation de la situation au Moyen-Orient, et notamment l'escalade militaire de vendredi dernier en Syrie, indique un Communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI).

"Par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet, les Russes, des Turcs (.) les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l'opération que nous avons conduite", a dit M. Macron. "Nous avons réussi l'opération sur le plan militaire", s'est félicité le président, en référence aux frappes réalisées samedi par la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne contre des sites de production d'armes chimiques du régime de Bachar al-Assad. "(.) Ce que je veux vous faire comprendre, c'est que nous avons la pleine légitimité internationale pour intervenir dans ce cadre, si nous voulons que la communauté internationale soit respectée". Les présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron ont assuré avoir la preuve de l'utilisation d'armes chimiques à Douma.

"La finalité est de construire ce qu'on appelle une solution politique inclusive", a-t-il dit, mettant en exergue l'activisme diplomatique français pour "parler avec tout le monde", notamment avec les alliés de Bachar al-Assad et les acteurs régionaux comme la Turquie.

Quant aux deux principaux alliés de Damas, la Russie et l'Iran, il souhaite les inclure dans les négociations. "Nous savons bien sûr que notre travail en Syrie n'est pas terminé", a relativisé Nikki Haley, alors que les frappes occidentales ne devraient pas changer les équilibres sur le terrain du conflit en Syrie ni débloquer un processus de paix dans l'impasse.

Il l'aurait par ailleurs persuadé de limiter l'envergure des dernières attaques.

Un célèbre avocat s'immole par le feu pour dénoncer la pollution
L'homme était la figure de proue de Lambda Legal, une organisation de défense des droits civiques de la communauté LGBT.

"Il y a 10 jours, le président Trump disait les États-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester (.), je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée", a-t-il déclaré pendant cette émission organisée par la chaîne de télévision BFM, la radio RMC et le site internet Mediapart.

Après la reconquête de la France populaire en direct d'une salle de classe, le président, interrogé par les offensifs Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, s'est attaqué à séduire les actifs et urbains.

Nouvelle séquence médiatique pour le président de la République sur BFMTV et Mediapart, près d'un an après son élection.

Lors d'une conversation téléphonique dimanche, les deux dirigeants ont convenu que " cette action illégale porte gravement atteinte aux perspectives d'un règlement politique en Syrie ", a déclaré le service de presse du Kremlin cité par l'agence de presse russe RIA.

Attaque chimique : des preuves à l'épreuve