Lundi, 28 Mai 2018
Dernières nouvelles
Principale » Une deuxième journée de solidarité non payée pour financer la dépendance?

Une deuxième journée de solidarité non payée pour financer la dépendance?

15 Avril 2018

Afin de financer la prise en charge de la dépendance, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a proposé la mise en place d'une deuxième journée de solidarité. Son principe? Les salariés travaillent toute une journée non-payée, celle-ci étant reversée sur une caisse dédiée aux personnes âgées dépendantes. À vous de juger.

14 ans après l'instauration de la mesure par Jean-Pierre Raffarin, le gouvernement relance l'idée.

Le Figaro rappelle que cette journée serait mise en place soit par convention, accord d'entreprise ou de branche. Certains peuvent ainsi choisir de supprimer un jour de RTT, ou même d'offrir ce jour à leurs salariés. Et en 2017, 2,4 milliards d'euros qui sont entrés dans les caisses.

Paris : une fillette de 2 ans meurt étouffée après mangé une crêpe
Ce fait divers lié à l'ingestion d'une crêpe qui rappelle un autre drame survenu il y a une quinzaine de jours dans le Rhône. Une autopsie doit à présent être pratiquée sur son corps, alors que le parquet de Paris a de son côté ouvert une enquête.

Dès 2010, Laurence Dumont, députée socialiste, avait saisi la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, jugeant peu clair l'utilisation des bénéfices de la journée de solidarité.

"L'augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes impose de trouver " un nouveau financement " et " nous avons plusieurs pistes ", a-t-elle déclaré sur RMC et BFMTV. Au total, depuis 2004, près de 30 milliards d'euros ont été récoltés. Les professions libérales, en revanche, en sont exemptées.

Les recettes de la CNSA sont ensuite destinées à financer les aides aux personnes âgées (via les conseils départementaux qui versent l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) et les services médico-sociaux dédiés).

Une deuxième journée de solidarité non payée pour financer la dépendance?