Vendredi, 14 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Notre-Dame-des-Landes : un sixième jour d'affrontements entre opposants et gendarmes

Notre-Dame-des-Landes : un sixième jour d'affrontements entre opposants et gendarmes

15 Avril 2018

"Ceux qui se livreraient à de telles exactions s'excluraient d'eux-mêmes de toute possibilité de régularisation".

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur sont arrivés peu après 16h30 au poste de commandement de la gendarmerie à Saint-Étienne-de-Montluc, au sud de la Zad.

D'autres manifestants, Evelyne, 69 ans, Simone, 65 ans et Claude 77 ans étaient en week-end à Guérande, mais ils ont poussé jusqu'à Nantes, pour protester "contre le bétonnage, l'agriculture intensive et pour la protection de la nature" et "en soutien de la liberté".

Faisant le point des expulsions entamées lundi, Édouard Philippe a déclaré que "l'ensemble des objectifs que nous nous étions assignés a été atteint: 29 squats (sur 96) ont été déconstruits et leurs occupants expulsés". Ils sont tenus d'y renseigner leur nom, le projet agricole qu'ils souhaitent développer et les parcelles sur lesquelles ils veulent l'installer, et de renvoyer la fiche d'ici au 23 avril.

La préfète a annoncé qu'elle recevrait une délégation des occupants "le plus rapidement possible". Les gendarmes devraient rester trois semaines à un mois sur place pour déblayer les parcelles, garantir la libre circulation sur la D281 et la D81 et prévenir toute réoccupation illégale.

Le dispositif demeurera "le temps qu'il faudra, avec les forces qui seront nécessaires".

Ligue 1: Caen-Toulouse reporté en raison d'un terrain impraticable
Des trombes d'eau se sont déversées sur le stade Malherbe, à Caen , ce qui a contraint l'annulation de la rencontre. La faute aux violentes pluies qui se sont abattues sur le stade d'Ornano, samedi 14 avril 2018 .

Selon le général Lizurey, 45 gendarmes ont été blessés au cours d'affrontements avec les "zadistes", qui lançaient des pierres, des cocktails Molotov, et projetaient des bocaux d'excréments à l'aide d'une catapulte artisanale.

Des milliers de personnes ont commencé à manifester samedi vers 17h à Nantes en soutien aux occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, visée depuis six jours par une opération massive d'expulsion de la gendarmerie, ont constaté des journalistes de l'AFP. C'est sur cet axe qu'une embuscade a eu lieu jeudi, selon les gendarmes, faisant 10 blessés dans leurs rangs.

"Le combat que certains menaient est abouti", a expliqué vendredi midi sur RTL le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot en référence à l'abandon du projet d'aéroport en janvier, "à partir de là, il faut se calmer, revenir dans le droit chemin et ne pas mélanger les postures".

Le parquet général de Rennes a annoncé dans un communiqué que cinq personnes au total étaient en garde à vue.

La juge des référés du tribunal de grande instance de Nantes a rejeté vendredi le recours qui avait été déposé par Cédric Dussart, l'un des habitants des "100 Noms", l'un des premiers "lieux de vie" détruits lundi par les bulldozers.

Notre-Dame-des-Landes : un sixième jour d'affrontements entre opposants et gendarmes