Jeudi, 26 Avril 2018
Dernières nouvelles
Principale » Comment l'Élysée justifie les frappes militaires de la nuit dernière en Syrie

Comment l'Élysée justifie les frappes militaires de la nuit dernière en Syrie

15 Avril 2018

Le chef d'état-major, le général Joe Dunford, a indiqué que les forces occidentales avaient frappé vendredi à 21H00 (01H00 GMT samedi) trois cibles liées au programme d'armement chimique syrien, l'une près de Damas et les deux autres dans la région de Homs, dans le centre de la Syrie.

Selon la télévision d'Etat, la défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre les avions occidentaux, et des missiles contre une position militaire à Homs ont été interceptés.

Bachar al-Assad nie évidemment toute attaque chimique, qui n'est selon lui qu'un prétexte pour les attaquer: "Notre impression est que l'Occident, principalement les États-Unis, est complice des terroristes et qu'il a monté toute cette histoire pour servir de prétexte à l'attaque". La Russie, qui soutient le régime de Damas, a vivement réagi par la voix de son ambassadeur aux Etats-Unis, Anatoli Antonov. En Iran, autre grand allié de M. Assad, le guide suprême Ali Khamenei a qualifié les dirigeants américain, français et britannique de "criminels". "L'incapacité à trouver un compromis pour établir un mécanisme d'enquête menace de conduire à une escalade militaire totale", a-t-il averti, appelant les membres du Conseil de sécurité "à agir de manière responsable dans ces circonstances dangereuses". "Vous devez dire: "c'en est assez" ", a-t-elle ajouté, évoquant les nombreux veto russes à l'ONU pour enquêter sur le recours aux armes chimiques et la poursuite de l'utilisation de celles-ci par le régime syrien.

Ces raids sont pour eux le signe de la victoire en marche du régime. Selon plusieurs sources en Syrie dont notamment les secouristes syriens en zone rebelle, les casques blancs parlent de plus de quarante morts.

L'appui militaire russe et iranien est présent sur le terrain et à tous les échelons de l'appareil de guerre syrien et aucun avion syrien ne décolle sans que l'allié russe en soit informé. Avant le lancement des frappes, le département d'Etat avait assuré avoir "la preuve" de l'utilisation d'armes chimiques par le régime Assad.

Football Manager Touch 2018 disponible sur Nintendo Switch
Abordez le marché des transferts comme jamais auparavant grâce à l'approche réaliste et immersive du repérage des jeunes talents . Je soupçonne toutefois que cela soit une adaptation d'une éventuelle version mobile du jeu...

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui doit se réunir lundi, a annoncé que ses experts étaient en route pour la Syrie et commenceraient leur travail samedi.

Le président américain avait rapidement adopté une rhétorique belliqueuse après l'attaque, dénonçant dès le lendemain une "attaque chimique insensée", prévenant qu'il faudrait en "payer le prix fort" et pointant du doigt la "responsabilité" de la Russie et de l'Iran soutenant "l'animal Assad".

Trump vient d'annoncer une opération militaire en cours en Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad qu'il accuse d'une attaque à l'arme chimique contre des civils dans la ville de Douma le 7 avril.

"Nous avons été très précis et la réponse était proportionnée, mais, en même temps, ce fut une frappe lourde", a-t-il ajouté, précisant que les forces américaines avaient employé deux fois plus de munitions que l'an dernier.

Comment l'Élysée justifie les frappes militaires de la nuit dernière en Syrie