Mardi, 21 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » La France frappera la Syrie "en temps voulu"

La France frappera la Syrie "en temps voulu"

13 Avril 2018

Dans un message matinal sur son compte Twitter, jeudi, le président américain a pour sa part affirmé "ne jamais avoir dit quand une attaque contre la Syrie pourrait avoir lieu".

La France annoncera "dans les prochains jours" sa réponse à l'attaque chimique présumée en Syrie et, si elle décide de frappes, celles-ci viseront les "capacités chimiques" du régime et en aucun cas ses "alliés" russe et iranien, a déclaré mardi le président français Emmanuel Macron.

"Nous aurons des décisions à prendre en temps voulu, quand nous le jugerons le plus utile et le plus efficace", a-t-il poursuivi, précisant qu'il était en contact étroit avec Donald Trump. Angela Merkel exclut pour autant pour son pays de participer à une opération militaire occidentale contre Damas.

"Le gouvernement syrien se déclare prêt à faciliter la visite [des experts de l'OIAC, ndlr] de tous les points de vue".

La Suède a mis jeudi sur la table du Conseil de sécurité un projet de résolution portant sur l'envoi d'une mission de l'ONU en Syrie pour en retirer les armes chimiques " une bonne fois pour toutes ".

Une plainte contre Mohammed Ben Salmane déposée en France
Créé en 2014 et dirigé par des avocats, le LCRD s'est donné pour objectif de dénoncer ces violations. Extrait de la plainte déposée, lundi 9 avril, à Paris, contre le prince héritier d'Arabie saoudite .

La Russie, l'un des plus fidèles soutiens du régime de Bachar al-Assad, a mis en garde contre de nouvelles frappes, affirmant que tout acte pouvant "déstabiliser la situation déjà fragile dans la région" aurait de "graves conséquences".

La perspective d'une action militaire des Américains, soutenus par la France et probablement le Royaume-Uni, s'inscrit dans un contexte extrêmement difficile entre l'Occident et la Russie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit préoccupé jeudi par le "bras-de-fer" engagé par certaines puissances étrangères, tandis que les éléments d'une riposte coordonnée entre Occidentaux se mettaient en place. "Nous avons la preuve que la semaine dernière, il y a maintenant près de dix jours, des armes chimiques ont été utilisées, au moins du chlore, et qu'elles ont été utilisées par le régime de Bachar al Assad". "Cela aurait un effet extraordinairement destructeur sur tout le processus de règlement syrien", a indiqué Dmitiri Peskov jeudi.

Le groupe rebelle Jaich al-Islam, qui contrôlait Douma a expliqué n'avoir eu d'autre choix que d'accepter de l'évacuer après une attaque chimique présumée imputée au régime.

L'armée syrienne aurait lancé des attaques chimiques.

La France frappera la Syrie