Mardi, 22 Mai 2018
Dernières nouvelles
Principale » Macron et l'Eglise : un discours loin de faire l'unanimité

Macron et l'Eglise : un discours loin de faire l'unanimité

11 Avril 2018

"Pour Emmanuel Macron, le " dialogue [entre l'Église et l'État, NDLR] est indispensable " car " une Église prétendant se désintéresser des questions temporelles n'irait pas au bout de sa vocation ", tandis " qu'un président de la République prétendant se désintéresser de l'Église et des catholiques manquerait à son devoir ".

Directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études et directeur du Groupe sociétés, religions, laïcités, le sociologue Philippe Portier analyse la nouveauté du discours d'Emmanuel Macron sur le catholicisme et la laïcité que le président de la République a prononcé devant les évêques, lundi 9 avril.

"La laïcité c'est la France et elle n'a qu'un seul fondement: la loi de 1905, celle de la séparation des Eglises et de l'Etat", a souligné l'ancien Premier ministre Manuel Valls, une figure du camp laïque le plus offensif.

Il faut savoir qu'à la différence de la Belgique, où l'État s'astreint à une neutralité entre les différents courants philosophiques - en leur assurant la plus grande égalité de traitement possible -, la France est un pays officiellement laïc, où le fait religieux et les institutions religieuses sont renvoyés à la stricte sphère privée. Alexis Corbière, député de la France insoumise a quant à lui dénoncé des propos "indignes" de la part d'un Président d'une République laïque.

S'adressant cette fois-ci de manière spécifique à l'Église catholique, le mea culpa se fait plus précis, revenant sur un chemin semé de "malentendus et de défiance réciproque ". Jean-Luc Mélenchon a notamment lancé "Macron en plein délire métaphysique". Le soufflet de son état de grâce très vite retombé, Emmanuel Macron est entré dans le "dur", confronté qu'il est à l'impatience d'une opinion qui le somme de se pencher moins sur les questions qui agitent les nababs du CAC 40, que sur ce qui fait nos petits matins migraineux.

Tom Boonen : "Peter Sagan doit se taire, c'est lui-même un suiveur"
Ce n'est pas un problème mais alors par après, tu ne peux pas te plaindre en disant: "ça ne roulait pas assez bien". Il est toujours sur la roue de quelqu'un. "Je pense que Sagan ne doit pas parler d'un manque de collaboration.

Les changements au sein de la compagnie ferroviaire nationale endettée priveront les futures recrues de la sécurité de l'emploi, de la préretraite et des pensions spéciales des travailleurs existants tout en ouvrant les lignes à la concurrence, recette de réforme qu'Emmanuel Macron envisage d'appliquer au reste de la seconde plus grande économie de la zone euro. Décryptage de ce qu'a vraiment dit le chef de l'Etat.

Olivier Faure, nouveau secrétaire général du Parti Socialiste, évoque une atteinte à un des principes fondamentaux de la République française.

Un "chemin" Eglise-Etat "aujourd'hui semé de malentendus et de défiance réciproques", a-t-il redit plus tard, cinq ans après la mobilisation d'une partie des catholiques contre la légalisation du mariage homosexuel. "La loi de 1905, toute la loi, rien que la loi". "Insupportable. On attend un président, on entend un sous-curé ". Si vous semblez épris d'une transcendance spirituelle, vous êtes bien oublieux de la transcendance républicaine à laquelle votre fonction vous oblige.

L'épiscopat, de son côté, ne cachait pas sa satisfaction, saluant "un discours qui fera date dans l'histoire des relations entre l'Eglise catholique et l'Etat".

La chaîne avait annoncé samedi cet entretien en direct d'une heure à quelques semaines du premier anniversaire de l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Élysée et dans un contexte de protestations sociales.