Dimanche, 19 Août 2018
Dernières nouvelles
Principale » Devant le Congrès, Mark Zuckerberg reconnait "une grosse erreur" — Facebook

Devant le Congrès, Mark Zuckerberg reconnait "une grosse erreur" — Facebook

11 Avril 2018

Le responsable de Facebook n'a pas partagé de détails supplémentaires sur le sujet cependant (quelles ont été les données en question).

"Il est évident aujourd'hui que nous n'avons pas fait assez pour empêcher ces outils d'être utilisés de façon malintentionnée", a expliqué le multimilliardaire de 33 ans, qui avait troqué son traditionnel t-shirt gris pour un costume sombre et une cravate bleu ciel. Interrogé mardi par deux commissions du Sénat américain sur les questions de données personnelles, au coeur du scandale Cambridge Analytica, le patron de Facebook est apparu gêné quand la discussion s'est engagée sur le terrain de sa propre vie privée. "Pas noyé quelque part dans les paramètres mais juste là", a-t-il dit devant la commission de l'Energie et du Commerce de la Chambre des représentants. "C'était mon erreur et je suis désolé", a-t-il dit, en pleine tourmente sur le scandale de fuite de données vers Cambridge Analytica. Les sénateurs ont par exemple demandé comment Facebook collectait ses données, combien de temps elles étaient conservées ou comment les utilisateurs du réseau pouvaient contrôler ces données.

Lors d'une première audition de 5 heures, Mark Zuckerberg a répondu aux questions (faciles) des sénateurs américains.

Au sujet de cette campagne, Facebook est aussi accusé d'avoir laissé diffuser des contenus fallacieux façonnés en Russie dans le but de servir les intérêts de Donald Trump. C'était une grosse erreur. "Je ne suis pas au courant d'une convocation mais je sais que nous travaillons avec eux", a-t-il dit.

Devant le Congrès, Mark Zuckerberg reconnait
Devant le Congrès, Mark Zuckerberg reconnait "une grosse erreur" — Facebook

Mark Zuckerberg l'assure: c'est la priorité maximale de Facebook.

" Vos données personnelles font-elles parties des informations qui ont été vendues à ces tiers malveillants?"

Enfin, répondant à la question d'un sénateur, il n'a pas exclu une version payante de Facebook, en déclarant qu'il y aura toujours une plateforme gratuite. Mais quelques questions plus tard, il a été forcé de reconnaitre que Facebook récupérait des informations sur ses utilisateurs au moyen d'applications tierces.

Regagner la confiance de ses utilisateurs est crucial pour le groupe car son modèle économique est fondé sur l'exploitation des données personnelles, qui permettent aux annonceurs de cibler finement leurs messages publicitaires. "Non, je ne choisirais sans doute pas de partager cela avec vous", reconnaît une fois de plus le CEO de Facebook. Son action a toutefois chuté de près de 15% à Wall Street depuis la révélation de l'affaire.

Real-Juve, les compos — LdC
En l'absence de Sergio Ramos (suspendu), Raphaël Varane sera accompagné en défense centrale par Jesus Vallejo. L'entraineur tricolore a aligné Gareth Bale au détriment de Benzema.

Devant le Congrès, Mark Zuckerberg reconnait