Lundi, 30 Mars 2020
Dernières nouvelles
Principale » Plus de 1.000 médecins violentés en 2017 — Agressions et insultes

Plus de 1.000 médecins violentés en 2017 — Agressions et insultes

04 Avril 2018

Vols, agressions verbales ou physiques, vandalisme.

2017 ou l'année noire pour les médecins. Selon les informations rapportées par le Conseil de l'ordre des médecins (Cnom) et relayées mardi 3 par Le Parisien, plus d'un millier de praticiens ont été violentés en 2017.

Pour le docteur Hervé Boissin, coordonnateur de l'observatoire de la sécurité au Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), elles sont parfois " clairement une cible (...). Le nombre d'agressions physiques s'est élevé à 75, contre 71 en 2016 pour 968 incidents au total. 51% des agressions concernent des femmes, une hausse par rapport à 2016 (46%).

LDC - Liverpool - Manchester City : les compos probables
Liverpool croisera en effet le fer avec Manchester City , tout simplement impressionnant cette saison. C'est Gabriel Jesus qui devrait donc prendre la place de l'international argentin.

A l'échelle nationale, 62 % des incidents déclarés sont classés dans la catégorie des "agressions verbales et menaces". Dans 2 % des cas, l'agresseur a utilisé une arme.

Dans un tiers des cas (31%), cette violence est motivée par "un reproche relatif à une prise en charge". D'autres motifs sont invoqués, comme vol (22 %), " refus de prescription " (14 %) ou temps d'attente jugé excessif (10 %).

Depuis 2003, les incidents tendent à être de plus en plus nombreux. "Les pouvoirs publics doivent réagir, et notamment le ministère de l'Intérieur". L'organisme a appelé "chaque médecin victime d'une agression à engager des procédures adéquates auprès des autorités et à le signaler à l'Ordre afin qu'il puisse s'y associer", rappelant au passage "l'absolue nécessité et l'urgence de garantir la sécurité des personnels soignants dans l'exercice de leur mission auprès des populations". De son côté, la CSMF, un syndicat de médecin, réclame des mesures "fermes et immédiates", parmi lesquelles "la reconnaissance prioritaire des numéros de téléphone des cabinets par les services de police", ou encore _ " _des aides" à l'installation de caméras de vidéosurveillance dans les salles d'attente et de boutons d'alarme.

Plus de 1.000 médecins violentés en 2017 — Agressions et insultes