Vendredi, 30 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » L'Allemagne favorable à une extradition de Carles Puigdemont

L'Allemagne favorable à une extradition de Carles Puigdemont

03 Avril 2018

La décision finale doit encore être prise par un tribunal de la région.

L'ancien président catalan, destitué par le gouvernement de Madrid après la vaine déclaration unilatérale d'indépendance de la Catalogne le 27 octobre, a été interpellé fin mars dans le nord de l'Allemagne.

Le parquet allemand a annoncé mardi que l'ex-dirigeant catalan Carles Puigdemont, récemment arrêté en Allemagne, allait être extradé.

Google annonce l'abandon progressif de goo.gl, son raccourcisseur de liens
Rassurez-vous cependant, car les liens créés avec le service continueront à rediriger les internautes vers la destination prévue. Les autres utilisateurs pourront, quant à eux, continuer à raccourcir des liens sur le site pendant une durée d'un an.

L'arrestation surprise de l'intéressé avait entraîné des heurts entre des militants indépendantistes catalans et la police à Barcelone.

Le procureur général du Land de Schleswig-Holstein a demandé au tribunal supérieur régional de Schleswig un ordre d'extradition de Carles Puigdemont, arrêté à son arrivée en Allemagne depuis le Danemark dimanche, alors qu'il tentait de se rendre à Bruxelles. Le tribunal allemand devra décider dans les prochains jours s'il remet le leader catalan à la justice espagnole. Sur le fond, il faudra attendre jusqu'à 60 jours pour que la justice allemande tranche sur la remise de Carles Puigdemont à Madrid. De quoi permettre à ceux qui l'ont placé de pouvoir repérer les différents trajets du président catalan. Il a jugé dans son analyse que l'accusation de " rébellion " se rapprochait de celle de " haute trahison " figurant dans le Code pénal national et qu'une équivalence exacte n'était pas nécessaire pour procéder à une extradition.

Pour éviter une extradition sous ce chef d'inculpation, passible de peines allant jusqu'à 30 ans d'incarcération en Espagne, Puigdemont avait présenté lundi en Espagne un recours contre son inculpation pour "rébellion", soulignant l'absence de violence dans ses actes. Selon lui, si des violences sont intervenues avant ou pendant le référendum d'autodétermination en vue de déclarer l'indépendance, elles ont été ponctuelles et attribuables "uniquement aux personnes qui ont mené ces actions". Une autre indépendantiste, Clara Ponsati, ex-ministre régionale de l'Education, est en Ecosse et attend également une décision des autorités locales sur son extradition.

L'Allemagne favorable à une extradition de Carles Puigdemont