Samedi, 5 Décembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Expulsion de ses diplomates : la Russie va répondre aux USA

Expulsion de ses diplomates : la Russie va répondre aux USA

03 Avril 2018

" Il leur a été remis une note disant qu'en protestation aux accusations déraisonnables et aux expulsions de diplomates russes [.], la Russie déclare personae non gratae le nombre correspondant d'employés diplomatiques", a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ces expulsions en cascade ont été annoncées par l'Allemagne (quatre expulsions), la France (quatre), la Pologne (quatre), la Lituanie (trois), la République tchèque (trois), l'Espagne (deux), l'Italie (deux), les Pays-Bas (deux), le Danemark (deux), la Suède (un), la Lettonie (un), la Roumanie (un), la Croatie (un), la Finlande (un), l'Estonie (un), la Hongrie (un), l'Irlande (un), la Belgique (un). Au total, ce sont 113 diplomates russes qui ont été expulsés dans cette vague avec jusqu'à soixante diplomates pour les Usa seul. A ce chiffre devraient s'ajouter les représailles de Moscou contre l'Australie et la Macédoine, qui n'ont pas encore été rendues publiques.

La Russie a réciproquement annoncé l'expulsion de 60 diplomates américains et la fermeture du Consulat des Etats-Unis Saint-Pétersbourg, dont le balcon a été dévêtu samedi de sa bannière étoilée. "Si nous n'obtenons pas d'explications, la partie russe considèrera les mesures prises à l'encontre de notre avion comme illégales et se réservera le droit de prendre des mesures similaires à l'encontre des compagnies aériennes britanniques", a-t-il martelé dans un communiqué.

L'ambassadrice française à Moscou Sylvie Bermann à sa sortie du ministère russe des Affaires étrangères après l'annonce de l'expulsion de diplomates occidentaux, le 30 mars 2018. "Ce n'est pas la Russie qui a initié un échange de sanctions ou un échange d'expulsion de diplomates", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Samuel Eto demande un droit de réponse à Jeune Afrique — Cameroun
Plus grave, les auteurs de cette farce évoquent pour la railler la crise anglophone. Or ce canular est malfaisant aussi bien sur la forme que sur le fond .

Dans le carde de l'affaire de Skripal, l'ex-agent double russe empoisonné sur le sol britannique, plusieurs pays européens ont expulsé des diplomates russes.

La troisième victime, le policier Nick Bailey, l'un des premiers à être intervenus pour secourir Ioulia Skripal et son père, a pu sortir de l'hôpital jeudi. Londres impute à la Russie l'empoisonnement à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre) de Sergueï Skripal et de sa fille malgré les démentis de Moscou qui clame son innocence et a demandé la convocation d'une "session extraordinaire" du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (Oiac). Dans un premier temps, le président russe Vladimir Poutine avait choisi de ne pas riposter, laissant sa chance au nouveau président américain.

Un haut responsable de l'administration américaine a précisé que 48 "agents de renseignement connus" dans diverses missions aux Etats-Unis et 12 membres de la mission russe de l'ONU étaient concernés. Les autorités américaines ont expulsés des amis des Etats-Unis.

Expulsion de ses diplomates : la Russie va répondre aux USA