Mercredi, 27 Mai 2020
Dernières nouvelles
Principale » Une quarantaine de personnes enlevées par des sécessionnistes — Cameroun

Une quarantaine de personnes enlevées par des sécessionnistes — Cameroun

20 Mars 2018

Le directeur de l'Office anglophone des examens, Ivo Leke Tambo, a été enlevé samedi par des agresseurs non identifiés non loin de Lewo dans la région du Sud-Ouest, selon des sources sécuritaires.

Le samedi 17 mars, un cadre de l'administration et une trentaine de personnes ont été enlevées au Cameroun anglophone, plus précisément dans le sud-ouest.

Une vidéo diffusée par des sources proches des milieux sécessionnistes a montré ce haut fonctionnaire retenu dans un lieu indéterminé, assis par terre, à moitié nu.

L'annonce de la libération du Professeur Ivo Leke Tambo a été rendue publique par le gouverneur de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï.

L'enlèvement de M. Leke Tambo n'avait pas été confirmé par les autorités camerounaises jusqu'à sa libération. Sur la deuxième vidéo, on voit l'attaque du bus par des individus armés qui se revendiquent de l'Ambazonia defence forces (ADF), un groupe armé de sécessionnistes anglophones.

Neymar veut une augmentation, selon le Times — PSG
A la semaine, le mode de calcul préférentiel en Angleterre, cela revient à 1,13M€ comme l'explique le Times . Il attendrait notamment plus de protection de la part d'un corps arbitral que Neymar apprécie assez peu.

Les circonstances de cette libération annoncée lundi soir restent cependant inconnues, aucune information n'ayant été communiquée à ce sujet.

En février, un sous-préfet et le responsable régional du ministère des Affaires sociales dans le nord-ouest avaient été enlevés à Batibo.

Ce kidnapping survient alors que le tout nouveau ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji, est en visite de travail dans cette partie du Cameroun.

A Bamenda, chef-lieu de la région de la région Nord-Ouest, il a demandé vendredi aux "séparatistes violents" de se "reconvertir".

Une quarantaine de personnes enlevées par des sécessionnistes — Cameroun