Mercredi, 17 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » L'UA va tenter de lancer une zone de libre-échange panafricaine

L'UA va tenter de lancer une zone de libre-échange panafricaine

18 Mars 2018

Le président Faure Gnassingbé devrait participer la semaine prochaine à Kigali à un sommet extraordinaire de l'Union africaine.

Le sommet s'est ouvert samedi par une réunion du Comité des représentants permanents (CRP) de l'UA, une réunion préparatoire au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement.

La ZLEC fera du continent l'une des plus grandes économies du monde, assure pour sa part le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, qui croit dur comme fer que ce projet renforcera tant la position de l'Afrique dans le commerce international, que la capacité du continent à interagir sur un pied d'égalité avec les autres blocs économiques mondiaux.

Pourtant le Conseil exécutif fédéral (FEC) du Nigeria a autorisé le gouvernement à signer l'accord-cadre portant sur l'établissement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), selon le ministre nigérian de l'Industrie, du Commerce et de l'Investissement, Okechukwu Enelamah.

Quillot étudie une clôture anticipée du mercato estival en 2019
Je pense que c'est une bonne chose mais pour la France on a considéré que c'était trop tôt cette année. Cette année, il y a au moins une cohérence de date de clôture.

À la veille de ce Sommet, les délégations gouvernementales devront se joindre aux dirigeants d'entreprises africaines et à d'autres parties prenantes pour échanger les vues sur la transformation économique du continent à travers le commerce.

L'association du secteur privé à ce projet n'est nullement fortuite. "Nous avons besoin d'un soutien actif de la part du secteur privé".

Cette décision prise en janvier 2012, lors de la 18e session ordinaire de la Conférence de l'UA, induit que la ZLEC devrait raccorder la zone tripartite de libre-échange, qui doit inclure le marché commun de l'Afrique orientale et australe (Comesa), la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE), la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union du Maghreb arabe (UMA) et la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens, précise le communiqué. Récemment, Kigali a accueilli 44 ministres africains du commerce. Ce vaste marché qui sera exempté de taxes et de droits de douanes rassemblera plus d'un milliard de consommateurs avec un PIB de 2.500 milliards de dollars. Elle est aussi synonyme de création d'emplois pour les jeunes, et de paix et de sécurité pour l'ensemble des populations du continent. Les chiffres sont têtus.

Le projet vise à regrouper au total 54 États dans une zone de libre-échange. Pour la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, cette zone par le fait qu'elle éliminera les diverses barrières commerciales interétatiques, pourrait stimuler le commerce intra-africain de 53%. Ainsi, le rêve d'une Afrique sans frontières franchit un nouveau cap.

L'UA va tenter de lancer une zone de libre-échange panafricaine